Vu – Stalker – Andreï Tarkovski (1979)

Adaptation du roman des frères Strougatski, le Stalker de Tarkovski est un film d’une richesse visuelle inouïe.

Très librement inspiré du livre, il n’en reprend qu’une partie et, autant vous le dire, il est plus rapide de lire la partie en question que de regarder le film.

Stalker est long (2h40), lent, nihiliste. Mettant en scène peu de personnages (pendant 95% du film, ils ne sont que 3), presque aucun mouvement de caméra (sauf quand on s’attache aux visages), pas de musique, Stalker est une expérience fascinante.

Que reste-t-il ?

Des plans. Fixes. Ciselés comme des œuvres d’art, structurés comme des peintures dignes des impressionnistes, beaux. Magnifiques. Bouleversants. Hypnotiques et bluffants. Chaque image de ce film pourrait être encadrée.

Véritable récit initiatique, fable philosophique, Stalker est un voyage. Jusqu’auboutiste, radical et introspectif, il met le spectateur dans la même position que celle des protagonistes : le dépassement de soi.

Certainement difficile d’accès, j’ai regardé Stalker comme je lis parfois de la poésie : sans m’attarder sur le fond, je me suis délectée de la forme… Et comme la forme est au final au parfait service du fond, ce dernier a fini par me sauter aux yeux… j’essaie encore de m’en remettre.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.