Deidre

Lu – PHIL, une vie de Philip K. Dick – Laurent Queyssi et Mauro Marchesi (21g) BD

Lu – PHIL, une vie de Philip K. Dick – Laurent Queyssi et Mauro Marchesi (21g)

Difficile de capter, en quelques dizaines de pages dessinées, l'essence de la vie d'un artiste aussi dense que Philip K. Dick. Face à ce défi, les auteurs ont choisi, comme Laurent Queyssi l'explique très bien dans le post-scriptum, de livrer leur propre vision du personnage, obligatoirement parcellaire et résultant d'un certain point de vue, mais également étayée par un très long travail de recherche, de documentation et d'immersion. Les dessins de Mauro Marchesi font parfaitement échos aux images issues des textes de Queyssi, et le tout se lit avec plaisir.J'ai un rapport très particulier avec Philip K. Dick, car c'est un auteur dont je connais beaucoup plus la vie que l'oeuvre. J'ai lu peu de ses écrits (essentiellement des nouvelles), mais j'ai lu en partie la monographie qui lui est consacrée aux éditions Actu SF et dont Laurent Queyssi fait d'ailleurs partie des contributeurs. Comment ne pas se passionner pour la vie de cet auteur tant elle est riche ? En un peu plus de 130 pages, cette bande dessinée retrace l'ensemble de la vie de Philip K. Dick. De ses multiples mariages à ses addictions, de sa paranoïa à ses envolés mystiques...Et on imagine à quel point toutes ces expériences ont put nourrir son œuvre, à quel point les thèmes récurrents qu'il aborde font échos à ses questionnements existentiels...Alors, bien sûr, faire le tour de la question dans une BD n'était de toute façon pas envisageable. P H I L est cependant un ouvrage très instructif, passionné et passionnant, une bonne entrée en matière pour qui ne connait pas Philip K. Dick.
Lu – Substance – Claro (Actes Sud) Imaginaire

Lu – Substance – Claro (Actes Sud)

Lire du Claro, c'est toujours une expérience. Souvent enrichissante, toujours déroutante.Dans ce roman, Benoit est un orphelin du troisième type, élevé par une Tante aux multiples qualificatifs, elle même épaulée par 3 copines obscures. Fasciné par la mort, il y découvre une drôle de substance, l'ectoplasme qui lui déclenche de drôles de visions. Il se liera avec Marguerite, habituée des abductions.Ce résumé te parait bizarre ? Le livre l'est tout autant ! Au delà de cette histoire, que raconte-t-il donc ? Au final pas grand chose, mais ce n'est pas là l'important.Métaphorique par essence, tout l’intérêt de ce roman réside dans les envolées lyriques de l'auteur. Ses circonvolutions, ses digressions, son immense inventivité linguistique. Ce roman s'écoute autant qu'il se lit.Gothique de nature, Substance est un roman à l'atmosphère unique, sans doute pas accessible à tout le monde. J'ai d'ailleurs moi-même abandonné une première fois ma lecture, qui ne tombait pas du tout au bon moment dans ma vie. Après 2-3 semaines de pause, je m'y suis replongée pour ne plus le lâcher. Abandonnant l'idée d'en comprendre chacune des phrases, me laissant porter par la mélodie si particulière de l'écriture de Claro, son humour et le baroque du récit, pour en ressortir saoulée de mots et d'images.
Entendu – Siduri – Fibre Tigre (Qualiter) Audio

Entendu – Siduri – Fibre Tigre (Qualiter)

Siduri est une fiction sonore sortie sous forme de podcast, écrite par Fibre Tigre et interprétée par Rudy Basset, le tout produit par Qualiter dans leur collection Fiqtion. Siduri compte 21 épisodes d'environ 8 minutes que tu ne verras pas passer tant l'histoire est passionnante. De l'histoire, je ne te dirais presque rien... Seulement qu'elle oscille entre policier et fantastique, qu'elle fait références à des légendes mésopotamiennes, qu'elle laisse une grande part à la sciences, qu'elle est d'une très grande originalité et qu'elle te tiendra en haleine, à enchaîner les épisodes les uns après les autres pour savoir enfin comment tout cela va finir. Siduri, c'est une très belle surprise audio. C'est impeccablement produit et réalisé. Rudy Basset, qui en est le seul comédien, porte formidablement le projet du bout de sa voix. C'est atypique et palpitant.... c'est une réussite que tu peux écouter gratuitement là: https://soundcloud.com/dequaliter/sets/fiqtion
Lu – 2001 l’odyssée de l’espace – Arthur C. Clarke (J’ai lu) Imaginaire

Lu – 2001 l’odyssée de l’espace – Arthur C. Clarke (J’ai lu)

Sur un scénario original de Stanley Kubrick et Arthur C. Clarke. Traduit par Michel Demuth. Drôle d'aventure que celle de ce bouquin. En effet, on ne peut taxer ni le film (l'oeuvre de Stanley Kubrick, si tu ne l'as jamais vu, regarde le... c'est une sacrée expérience !), ni le livre, d'adaptation. Tu me suis ?Si le livre est sorti quelques mois après le film, on sait que le film s'inspire en fait partiellement d'une nouvelle de Clarke intitulée La Sentinelle. On sait également que Clarke décide d'écrire ce roman parallèlement à la création du film, en accord avec Kubrick, les deux artistes souhaitant en faire un projet commun. Les deux auteurs et les deux œuvres se sont donc nourris les uns des autres. Tu me suis toujours ? J'ai vu le film plusieurs fois, je ne l'ai jamais compris. Ou plutôt, je n'ai jamais cherché à le comprendre. Trouver une signification à toutes ces scènes ne m'a jamais semblé indispensable. Pour moi ce film est avant tout une expérience visuelle, auditive... sensorielle. Ces plans qui s'étirent, ce temps qui se dilate, les valses de Strauss et la voix de HAL... J'ai eu donc peur, en lisant ce livre, de casser un peu l'envoûtement du film. Je le savais court, j'avais peur de le trouver abscons. Il n'en est rien. 2001, même s'il est taxé de hard science fiction, est abordable et passionnant. L'écriture de Clarke est simple mais non simpliste, rythmée par des chapitres très courts, et très imagée également, ou alors je n'ai pas réussi à me détachée de l'imagerie du film... Des différences entre le film et le livre existent mais sont minimes, les deux œuvres sont, par essences, interconnectées. C'est donc une nouvelle expérience que la lecture du roman. Si tu as vu le film, il sera un écho supplémentaire à ton rapport à cette histoire. Une nouvelles manière de la découvrir, un moyen également d'en trouver de nouvelles interprétations si tu le souhaites. Si tu n'as pas (encore) vu le film, il sera un bon roman de science-fiction, bien structuré et à l'histoire passionnante, interrogeant sur les origines de l'humanité et l'éveil de la conscience. Dans tous les cas un livre à lire...
Vu – Into Eternity – Michael Madsen (2010) Vidéos

Vu – Into Eternity – Michael Madsen (2010)

Je voulais voir Into Eternity depuis longtemps. Depuis aussi longtemps que je connais le projet Onkalo dont il parle, tant celui-ci me parait vertigineux. Onkalo, c'est un projet d'enfouissement de déchets nucléaires finlandais. Pensé dès les années 1990, initié pendant les années 2000, l'enfouissement commencera en 2020 pour une durée de 100 ans. En 2120, le site sera scellé pour l'éternité, les déchets radioactifs étant nocifs pendant 100 000 ans au bas mot... Into Eternity est un étrange objet filmique, entre le documentaire, la fable, le film, voir le clip... A son visionnage le temps s'étire, ponctué par de long plans sur les travaux en cours, les paysages finlandais, et la voix du réalisateur qui s'adresse aux générations futures, celles qui auront à prendre soin du site quand l'humanité telle qu'on la connait aura disparu pour depuis longtemps. Onkalo étant un projet qui me fascine, c'est avec beaucoup d'avidité que j'ai embrassé les 1H15 de ce film. De nombreuses questions captivantes sont posées : Quel site choisir qui puisse être à l'abri de la nature et des hommes suffisamment longtemps ? Comment protéger le site des intrusions et le rendre inviolable ? Comment transmettre une alerte sur la dangerosité du site qui puisse persister pendant les 100 000 ans à venir, et surtout, doit-on le faire ? Les nombreuses réponses (ou absence de réponse claire) soumises par l'équipe du projet (longuement interviewée dans le film) m'ont plongée dans des réflexions éthiques et philosophiques profondes. Je ne suis pas ressortie indemne du visionnage de Into Eternity. C'est un film passionnant sur un projet hors du commun, qui questionne énormément notre vision de l'avenir, notre éthique, notre formidable cynisme... C'est donc avec beaucoup de conviction que j'encourage la découverte du travail de Michael Madsen. Pour compléter cette vision du projet, j'ai relu une très belle nouvelle écrite il y a quelques années par l'écrivain Neil Jomunsi, elle même intitulée Onkalo. C'est une histoire passionnante, un voyage dans le futur, à la rencontre de ceux qui pourraient, un jour, redécouvrir le site. La nouvelle n'étant plus très facilement disponible, je me permets, avec l'accord de l'auteur bien sûr, de vous la partager. Vous pouvez télécharger le fichier epub en cliquant ici.
Journal d’un AssaSynth, T1 Défaillance système – Martha Wells (L’Atalante) Imaginaire

Journal d’un AssaSynth, T1 Défaillance système – Martha Wells (L’Atalante)

Traduit par Mathilde Montier. Défaillance système est une courte novella, qui, avec 3 autres récits, forment la saga Journal d'un AssaSynth. Comme le titre l'indique, cette histoire est racontée du point de vue d'un androïde de sécurité.  Celui-ci est chargé de protéger une équipe de scientifiques menant à bien une mission d'exploration, qui, bien sûr, ne va pas se passer comme prévu. Défaillance système est un bon récit d'action, dont l'atout principal est la personnalité de son narrateur : cynique, un chouilla misanthrope, grand consommateur de séries télévisées, et à l'humour bien particulier, lié à sa nature synthétique. Les personnages humains font malheureusement pâle figure à côté : trop lisse, trop survolés (du moins dans ce premier opus). En quelques pages, outre l'intrigue rythmée et riche en rebondissements, Martha Wells développe en propos principal une réflexion sur le libre arbitre, et l'éveil de la conscience liée à l'utilisation de l'intelligence artificielle. Il faut cependant avouer que cet aspect n'est qu'amorcé dans ce premier tome. De part son format court, Défaillance système manque en effet de profondeur, et dire qu'il révolutionne les récits de robots serait mentir, on reste dans du classique.  Mais l'histoire se suit sans déplaisir, et a représentée pour moi un interlude plutôt sympathique au milieu de romans beaucoup plus éprouvants. J'imagine que les propos amorcés dans ce livre seront prolongés dans les suivants, et je me suis suffisamment attachée à l'AssaSynth pour envisager de lire la suite de ses aventures à l'occasion...
Lu – Il faut flinguer Ramirez, Acte 1 – Nicolas Petrimaux (Glénat) BD

Lu – Il faut flinguer Ramirez, Acte 1 – Nicolas Petrimaux (Glénat)

Il faut flinguer Ramirez a été conçu, réalisé, mis en scène et dessiné par Nicolas Petrimaux et cela fait toute la particularité de cet album. En effet, les casquettes de l'auteur sont multiples: animation, jeux vidéos, livre d'art... c'est un illustrateur/concept designer (selon le site officiel de la BD) ayant eu de multiples expériences. C'est, je pense, de par ce fait que, seul au commande de ce projet, il nous livre un album packagé, à mi-chemin de la bande dessinée, du comics et de l'animation. En effet, il y a dans ces planches une mise en scène prégnante, qui les propulse bien au delà de la bande-dessinée classique.  Ce livre est un objet léché, taillé au cordeau, maîtrisé de bout en bout avec maestria. Et au niveau de l'intrigue, me direz vous ?  Si je l'ai laissée pour la fin, c'est parce que de mon point de vue, c'est là que le bas blesse un peu. Biberonné par les années 80, Petrimaux nous balance une énième intrigue à la Tarantino et consort. Si elle n'est pas dénuée d'un humour qui parfois fait mouche, et de vrais envolées décoiffantes, si j'y ai retrouvé nombre de références sympathiques qui me font dire que j'ai tout de même un sacré socle culturel commun avec l'auteur, il m'a tout de même manqué ce petit "plus" que j'ai attendu pendant toute ma lecture et qui fait qu'elle ne restera "que" sympathique, quand je la trouvais tellement prometteuse... Pour résumer, j'ai adoré et en loue la forme. Petrimaux sort des carcans et nous propose un objet original, qui dénote des productions habituelles, et qui serait tout à fait propice à un crossmédia d'enfer. Pour le fond, malheureusement, je reste sur ma faim, serais-je devenue un peu trop exigeante ? Peut-être, car je conseil tout de même vivement cet album !
Lu – Replis – Emmanuel Quentin ( Mü Editions) Imaginaire

Lu – Replis – Emmanuel Quentin ( Mü Editions)

Replis est ma première rencontre avec l'auteur Emmanuel Quentin. Il signe là un thriller futuriste, qui se situe dans un avenir dystopique. Dans ce monde, les images sont contrôlées par l'état, qui s'en sert pour asseoir un pouvoir abusif. Au milieu d'une existence morne, le seul espoir du peuple est de pouvoir, en fin de vie, s'assimiler avec ses enfants au lieu de disparaître... Le narrateur et personnage principal, Daniel Sagnes, fait partie de ceux chargés de mener à bien cette guerre des images. Sa vie va basculer suite à la demande d'assimilation de son père, qu'il n'est certainement pas décidé à accepter. Dans Replis, Emmanuel Quentin décrit un monde ravagé par le changement climatique, dans lequel les trop nombreux survivants, contraints de quitter des terres devenues hostiles, s'entassent dans des villes trop petites. Sa vision des bidonvilles est particulièrement poisseuse et réaliste, et l'atmosphère de désenchantement et de décrépitude est constante. Dans cet univers hostile, la croisade Daniel Sagnes est d'autant plus violente que ce dernier est particulièrement insupportable ! Difficile donc d'entrer en empathie, et je me suis même surprise, de temps à temps, à me dire que ça me ferait bien plaisir qu'il se faire chopper. Mais cela n'a rien enlevé au plaisir que j'ai eu à lire ce livre, au contraire, même. Dans un monde sans espoir il a sans doute été plus facile de renoncer.  Le récit d'Emmanuel Quentin est cependant loin d'être binaire, et les nombreuses ramifications et retournement de situation m'ont tenue en haleine tout au long de ma lecture.  C'est au final un roman assez fin que ce Replis, à l'univers complexe et original et au cynisme particulièrement bienvenue ! 
Une nouvelle aventure sur le blog news

Une nouvelle aventure sur le blog

Ça y est ! Après des mois de tergiversation et procrastination, des heures à me creuser la tête pour décider de la forme et du fond, je me lance enfin! Je viens de réactiver : l'infolettre du blog Tu peux d'ors et déjà t'inscrire en passant par cette page. Fut un temps, tu pouvais t'inscrire et recevoir un mail automatique à chaque nouvel article posté. Je ne trouvais pas cela très satisfaisant, il y a beaucoup d'autre moyens de suivre l'actualité du blog. Je te conseille d'ailleurs pour cela de me suivre plutôt sur Mastodon (@DeidreAmbre@mamot.fr) , étant de moins en moins présente sur les autres réseaux. Tu peux également t'abonner au flux RSS du blog. L'idée d'une infolettre faisait tout de même son nid, et j'ai eu envie d'y mettre autre chose. Que trouveras-tu dans cette infolettre ? Je l'imagine comme un courrier, de moi à toi. J'ai toujours aimé l'écrit et les relations épistolaires. Outre des nouvelles du blog, donc, j'en profiterais peut-être pour te parler un petit peu plus de moi, de mes idées et de ma vie, de mes passions et de mes réflexions. J'aimerais aussi te partager d'autres choses : des articles, des vidéos, des gens biens... Cela sera un peu mon espace d'expérimentation, elle sera donc sans doute mouvante dans un premier temps... Le moyen que j'ai choisi L'une des contraintes qui a fait que cette infolettre a mis du temps à voir le jour, c'est le choix de son moyen de diffusion. En effet, je ne voulais pas passer par un service spécialisé (type mailchimp ou autre) que je trouve trop impersonnel d'une part, et qui est bien trop gourmand en données personnelles d'autre part. Cette infolettre doit rester entre toi et moi. Je passe donc par mon adresse mail, je suis chez Protonmail. Cela me permet le contrôler que tes données personnelles ne soient pas transmises à qui que ce soit, et cela nous permet aussi de dialoguer beaucoup plus facilement. Car je vois aussi cette infolettre comme un nouveau moyen d'échange, plus intime que les réseaux sociaux. Je serais donc toujours ravie d'avoir tes retours sur la forme et le fond, ou tout ce que tu auras envie de m'écrire ! Mon adresse sera visible, utilise là à loisirs!  J'espère que cette nouvelle aventure te plaira, j'ai à présent hâte de commencer!Le premier tirage du tarot se fera le 15 novembre, si tu souhaites le recevoir, inscris toi ici ! PS : si tu es déjà inscrit à l'infolettre, tu as dû recevoir un mail de ma part aujourd'hui, si ce n'est pas le cas, n'hésite pas à me contacter pour que je te remette dans la boucle !
Vu – Soleil Vert – Richard Fleischer (1973) Cinéma

Vu – Soleil Vert – Richard Fleischer (1973)

Après avoir lu le livre de Harry Harrison, je me suis enfin décidée à regarder le film de Richard Fleischer qu'on m'a beaucoup recommandé. Je ne l'avais en effet jamais visionné, même si j'en connaissais l'intrigue depuis longtemps. Soleil vert, c'est le cas typique d'un film qui est tellement puissant qu'il a réussi à occulter totalement le matériau d'origine. Il va même jusqu'à faire oublier le titre original du roman (Make Room! Make Room!) pour l'intrigant Soleil vert, ce qui est un vrai paradoxe puisque de soleil vert, dans le livre, il n'en est même pas question ! Tout comme sont absentes du livre les scènes les plus marquantes du film : les tractopelles, les derniers instants du personnage de Sol ou la révélation finale (je ne vais pas spoiler, mais ne faite pas comme moi, et n'attendez pas autant avant de voir ce film !)... Vous l'aurez compris, le film est une adaptation plutôt libre du roman. À partir d'un début d'intrigue et de personnages similaires, Richard Fleischer développe une histoire différente, et déplace le propos initial du roman (les conséquences de la surpopulation - Faites de la place !) vers la gestion étatique de la nourriture (le fameux soleil vert). Pour cela, il transforme un banal meurtre opportuniste en complot. Evacuons donc le côté adaptation pour se concentrer sur l'œuvre : ce film est absolument dément. Fleischer met en scène avec justesse l'ambiance désenchantée de ce futur pollué et surpeuplé, et au milieu de ce chaos Charlton Heston domine complètement la pellicule. Le film regorge de scènes d'une très grande force visuelle et psychologique et son visonnage prend aux tripes tant il est pessimiste. S'inspirant d'un livre faisant peu cas d'un quelconque espoir, le film sublime le propos et concrétise les pires craintes que l'on pouvait y associer. Évidement un film à voir, pour ses images et son propos, pour sa puissance visuelle et mentale.