Deidre

Lu – Celle qui n’avait pas peur de Cthulhu – Karim Berrouka (J’ai lu) Imaginaire

Lu – Celle qui n’avait pas peur de Cthulhu – Karim Berrouka (J’ai lu)

Karim Berrouka fait parti de ces auteurs que j'adore retrouver. Après avoir exploré le monde des fées et celui des zombies, il s'attaque dans cet opus aux Grands Anciens, aux Dieux Extérieurs, bref, à Cthulhu et toute sa clique, pour notre plus grande jubilation. Lovecraft... voilà une écrivain qui fait parler de lui depuis des années, que ce soit pour son oeuvre ou pour son racisme... Le mythe de Cthulhu a en plus atteint le statut de culte, et nombre de ses adeptes manquent parfois de recul. A ceci, Berrouka répond de la plus belle des façon : en évitant de le respecter. Dans ce roman, il fait de son personnage principal, Ingrid, une héroïne bien malgré elle. Propulsée sans pouvoir donner son avis "centre du pentacle", la voilà victime des rivalités de cinq pseudo-sectes qui voient en elle la solution à rien de moins que la fin du monde, et le retour des Grands Anciens... Une fois le mythe dépoussiéré et privé de son aura légendaire, l'auteur s'amuse a dépeindre des bandes de sectateurs tous plus cinglés les uns que les autres, décochant un énorme coup de pied en passant à toute forme de fanatisme. Au milieu du bordel ambiant, Ingrid ressemble aux héros chers à Berrouka : d'une normalité confondante et légèrement j'm'en foutiste... C'est toujours avec beaucoup d'humour que Karim Berrouka décharge sa plume acerbe, et, bien plus subtilement qu'on pourrait le penser, qu'il critique une société qui croule sous la bien-pensance et une pâle résignation. Adorateur du mythe de Cthulhu, si tu veux lire ce livre, prépare d'avance un peu d'autodérision, mais tu te rendras aussi compte que, pour avoir écrit un roman à ce point référencé, Karim Berrouka doit certainement en être un peu adepte...…
Lu – 24 vues du mont Fuji par Hokusai – Roger Zelazny (Le Belial) Imaginaire

Lu – 24 vues du mont Fuji par Hokusai – Roger Zelazny (Le Belial)

Traduit par Laurent Queyssi. Je trouve le format novella vraiment intéressant. Roman court ou longue nouvelle, il entraîne souvent le lecteur dans un récit à peu de personnages, centré sur une histoire précise, laissant suffisamment de temps pour développer ses propos sans s'appesantir.Il n'est pas facile pour un auteur de trouver un bon rythme, de clore une histoire sans frustrer. Dans 24 vues du mont Fuji par Hokusai, Zelazny réussi parfaitement l'exercice. Hokusai pour moi, comme pour beaucoup je pense, c'est avant tout cette estampe, cette vague immense et menaçante, bleue de Prusse, semblant engloutir un mont Fuji minimisé, avec une puissante force évocatrice.Je me suis intéressée il y a quelques temps à l'oeuvre d'Hokusai, découvrant sa série d'estampes 36 vues du mont Fuji dans ce qu'elle a de révolutionnaire pour l'époque. Partant de cette série de vues, Zelazny nous déroule le voyage de Mari sur les traces de l'artiste. On sait très peu de choses sur cette héroïne, mis à part le fait qu'elle porte le récent deuil de son mari. Véritable parcours initiatique, extrêmement contemplatif et poétique, j'ai trouvé que ce récit contrastait par sa douceur avec le reste de l'oeuvre de Roger Zelazny. Je n'ai malheureusement pas trouvé de précisions sur le contexte dans lequel il a été écrit, j'aurais aimé savoir ce que l'auteur traversait à ce moment là. Assez cryptique, tout du moins au début, 24 vues du mont Fuji par Hokusai m'a surpris par sa mélancolie et l'atmosphère assez résignée qui s'en dégage. Avançant à tâtons, à un rythme assez lent pour ce genre littéraire, j'ai parfois eu le sentiment que les impressions et pensées de l'héroïne étaient plus importantes que l'histoire. J'ai fini par y retrouver des thèmes chers à l'auteur,comme l'immortalité ou la quête de pouvoir, mais sous un angle complètement différent de celui auquel j'étais habituée. Je conseille donc vraiment la lecture de ce court roman de Roger Zelazny, c'est une expérience bien différente de ses autres livres, enveloppante et dépaysante, qui consolide en outre tout le bien que je pense de cette collection des éditions Le Bélial, 1 heure lumière.…
Vu – Sugar Man – Malik Bendjelloul (2012) Cinéma

Vu – Sugar Man – Malik Bendjelloul (2012)

Sugar Man est un documentaire racontant l'histoire de Sixto Rodriguez, un musicien de rock-folk américain. Ses deux albums sortis au début des années 70 ont été des échecs aux Etats-Unis, mais rencontrent un succès inattendu et confidentiel en Afrique du Sud, où ses paroles contestataires inspirent le mouvement anti-apartheid de la communauté blanche. Le mystère entourant la mort supposée de l'artiste entraîne deux de ses fans à partir à sa recherche. J'ai été happée par Sugar Man comme le conte doux amer qu'il est. Bercée par la musique de Rodriguez, sa voix chaud et si particulière. L'histoire qui nous est conté est en effet palpitante, à la fois tragique dans la description de l'échec de la carrière musicale de l'artiste, et fascinante dans celle de l'influence artistique et politique de son oeuvre à l'autre bout du monde. Au milieu des témoignages, Rodriguez traverse le récit avec une grâce et une sensibilité assez hors du commun. Véritable héros malgré lui, il est le principal atout de ce film, de par son talent chevillé au corps, son aura d'artiste intemporel, sa musique et ses mots... Sugar Man m'a touchée, en grande fan de rock des années 70 que je suis, et je ne me lasse pas des musiques de Rodriguez depuis... Et même si Malik Bendjelloul a clairement orienté son récit pour monter une légende (en se renseignant un peu, on s'en rend vite compte), je crois tout de même Sugar Man très honnête dans ses propos et l'hommage qu'il rend. C'est une belle histoire, magnifiquement racontée, et portée par une formidable bande originale. "Il avait cette sorte de qualité magique qu'ont tous les vrais poètes et les artistes. Il exaltait les choses, pour s'élever au dessus du banal, du commun"…
Lu – Le parc jurassique et Le monde perdu – Michael Crichton (Robert Laffont) Imaginaire

Lu – Le parc jurassique et Le monde perdu – Michael Crichton (Robert Laffont)

Traduit par Patrick Berthon. Il est des auteurs qui marquent la vie d'un lecteur et Michael Crichton est indéniablement de ceux-là pour moi. J'ai pris beaucoup de plaisir, lors d'une visite familiale, à me replonger dans ces deux livres que j'ai dévorés plus jeune. Qui est donc cet auteur ? D'après sa biographie, il est considéré comme l'un des pionniers du techno-thriller, ce genre littéraire qui déroule ses intrigues autour d'une catastrophe imminente, qui sera résolue en général par l'utilisation de la haute technologie et à grand renfort d'un héroïsme exacerbé. Je n'aime pas trop cette définition qui, à mon avis, ne reflète pas toute l'étendue de la palette d'écriture de Crichton. L'ayant découvert à l'adolescence, à l'époque ou mon intérêt pour la connaissance, les sciences dures et les sciences humaines était en pleine éveil, j'ai associé cet auteur à des intrigues extrêmement efficaces, couplées à une énorme documentation sur un sujet donné. Dans Le parc jurassique, il nous invite à réfléchir sur la biotechnologie, l'éthique et la théorie du chaos. Dans Le monde perdu, place à la théorie de l'évolution, les systèmes complexes, les fractales ou quelques piques sur la société de divertissement qui sont toujours d'actualité. Sans doute parce que j'ai lu les livres avant d'avoir vu les films, j'y reste profondément attachée. Je trouve encore l'intrigue d'une effroyable efficacité, et j'ai toujours un faible pour Ian Malcolm (le fait que ce personnage ait été joué au cinéma par Jeff Goldblum - sans doute mon acteur préféré- reste une des plus belles nouvelles de mon adolescence).Ces deux livres sont de vrais page-turner. Une lecture addictive, dans laquelle les scènes d'actions sont parfaitement rythmées par des moments plus calmes, propices aux réflexions. Le parc jurassique a été mon point d'entrée vers le reste de l'oeuvre de Michael Crichton, et nombre de ses autres ouvrages m'ont marquée : Prisonnier du temps, La proie ou Turbulences, et surtout Etat d'urgence, et L'homme terminal. Avec l'expérience et mes propres apprentissages est bien sûr venu le temps de la critique. Il va sans dire que la connaissance apportée par ses ouvrages est partielle, partiale et ne fait que servir l'intrigue. Il ne s'agit pas du tout de prendre pour argent comptant l'ensemble de ses exposés. J'ai d'ailleurs pu exercer, lors de quelques relectures, mon esprit critique sur certains sujets. Cependant, Crichton fait partie de ces auteurs qui ont forgé ma lecture, mon esprit critique et qui ont développé mon appétence pour la sciences et mon avidité pour la connaissance. Même si certains de ses sujets sont datés, j'en recommande fortement la lecture, surtout aux plus jeunes, car il savait construire des récits à la fois divertissants et enrichissants, permettant de faire pointer un peu de curiosité intellectuelle, qui donne envie de pousser plus loin ses réflexions...…
Lu – Le théorème du parapluie – Mickaël Launay (Flammarion) Lectures

Lu – Le théorème du parapluie – Mickaël Launay (Flammarion)

J'ai toujours aimé le travail de Mickaël Launay, que ce soit sa chaîne Youtube, ou ses précédents livres : Le grand roman des maths et L'affaire Olympia. J'adore sa façon de parler de mathématiques et je le trouve excellent vulgarisateur. Le théorème du parapluie est, je crois, celui de ses livres que j'ai préféré. Tout au long des 5 grandes parties qui le composent, chacune débutant par une observation de la vie courante, il nous encourage à changer de point de vue, à adapter notre perception, et nous introduit des notions scientifiques dont certaines m'étaient inconnues. Cela faisait longtemps qu'un livre de vulgarisation ne m'avait pas autant apporté! Non seulement au niveau de la culture scientifique, mais également sur la manière dont j'observe les choses, et combien un changement de point de vue peut modifier la totalité de ce que je pensais juste.Mickaël Launay part toujours d'une observation, pour ensuite aborder les grandes théories scientifiques qui l'explique. Il troque l'angle habituel par lequel elles sont abordées pour un autre. Il nous oblige alors à modifier notre façon de voir, afin de mieux comprendre les concepts. Par exemple, j'ai lu nombre de choses sur la relativité (restreinte et générale), c'est un théorie que je pense connaître mais qui me semble toujours très ardue à comprendre. Dans la dernière partie de ce livre, Mickaël Launay aborde ce sujet et nous présente le modèle de Minkowski, qui est une façon différente de décrire l'espace-temps... C'est exactement la notion qui me manquait pour appréhender enfin sereinement les lois de la relativité. L'angle choisi est pour moi celui qui les expliquent les plus simplement. Si tu es comme moi, avide de comprendre le monde qui t'entoure et les grandes lois qui le régissent, précipite-toi sur ce livre. Tu termineras ta lecture en te sentant, à juste titre, beaucoup plus érudit. Tu te rappelleras également que face à une situation complexe, changer de point de vue est parfois salutaire.…
Lu – Des fleurs pour Algernon – Daniel Keyes (J'ai lu) Imaginaire

Lu – Des fleurs pour Algernon – Daniel Keyes (J'ai lu)

Traduit par Georges H. Gallet. Très bonne année !Pour bien la commencer, je vais te parler d'un roman, sans doute considéré comme un classique, mais que je n'avais jamais lu. J'en ai refermé la dernière page il y a quelques semaines déjà, mais il m'a fallu un peu de temps pour m'en remettre, et mettre de l'ordre dans mes idées. On m'avait en effet prévenu, et je remercie toutes les personnes qui me l'ont dit. Vous aviez toutes et tous raison, ce livre est magistral et bouleversant. Au delà de l'histoire profondément humaine de Charlie Gordon, ce livre pose tout un tas de réflexions sur l'éthique, la différence, l'acceptation de soi... Est-il éthique, au nom de la recherche, de considérer un homme comme un cobaye ?Est-il si évident de décider pour lui qu'une modification profonde de son psychisme lui sera forcément profitable ?Est-il éthique de vouloir à tout prix faire en sorte de gommer les différences innées des gens hors des normes ? Et si on en a la possibilité, en a-t-on vraiment le droit ?Qu'est-ce que l'intelligence ? Comment la mesurer ? Rend-elle heureux ?Qu'est-ce qui fait au final, la valeur d'une personne ? Toutes ces réflexions, et bien plus encore, jaillissent à la lecture de ce livre. Je pense qu'une bonne partie de sa puissance émotionnelle est dû à son style d'écriture. En adoptant une forme épistolaire (le roman est en effet constitué des comptes-rendus successifs de Charlie Gordon sur sa situation), Daniel Keyes réussi le pari d'un récit intimiste, qui nous oblige quasiment à entrer en empathie avec le personnage principal. Aucune porte de sortie n'est présentée, on lit, vit et ressent avec lui dans une fusion totale entre le personnage et le lecteur. C'est ce qui fait de la lecture de ce livre une expérience aussi bouleversante. Des fleurs pour Algernon représente tout ce que j'aime dans la science-fiction : quand elle sert à parler de l'humain. Car au delà des aspects fantastiques du récit, c'est avant tout une aventure humaine, celle d'une vie qui s'éveille, s'épanouie et s'étiole. Dans ce cercle parfait, je me suis recentrée sur mon humanité, et ma fugacité... Un livre qui fait autant réfléchir fait forcément partie des grands.…
Lu – The Boys – Garth Ennis et Darick Robertson (Panini comics) BD

Lu – The Boys – Garth Ennis et Darick Robertson (Panini comics)

Traduit par Alex Nikolavitch. Je ne connaissais pas ce comics avant de le voir en tête de gondole de ma librairie préférée, mis en avant grâce à l'adaptation en série qui vient d'en être faite par Prime Vidéo.Je ne compte pas regarder la série. D'abord car je regarde très peu de séries, et ensuite parce qu'il gèlera en enfer bien avant que j'ai quoi que ce soit à voir avec Amazon... Cependant, le nom seul de Garth Ennis m'a fait me précipiter sur les bouquins comme un membre du gouvernement sur un mandat non déclaré... Si tu me suis depuis un petit moment, tu sais à quel point j'adore une autre série de cet auteur, le formidable Preacher. C'est donc toute frétillante que j'ai entamé ma lecture. L'intrigue se situe dans un univers parallèle au notre, dans lequel les super héros (super-slips...), loin de l'image d'épinal qu'on pourrait leur prêter, ne sont que les outils marketing d'une grande entreprise qui les a créés à coup de sérum. La plupart étant corrompus, profitant de leur statut pour être criminels, une équipe est montée par la CIA pour les encadrer, voir les neutraliser : Les Boys (Les P'tits Gars...), menés par le plus charismatique des salopards: Billy Butcher. On comprend mieux en découvrant l'univers de cette série de bouquins pourquoi Wildstorm (filiale de DC Comics), qui l'éditait au commencement, l'a annulée au bout de 6 épisodes (la série sera par la suite reprise par Dynamite Entertainement)... Car en effet The Boys est à réserver à un public averti (d'ailleurs, c'est marqué sur la couverture). Cynique et très violent, irrespectueux et cru, The Boys est décoiffant, mais aussi absolument hilarant! Construisant une immense satyre du monde des super-héros, Ennis a développé des personnages complexes, particulièrement ambiguës, Butcher en tête, que j'ai aimé détester tout au long de ma lecture. Le trait de Darick Robertson manque parfois un peu de précision et c'est dommage, mais il a donné au personnage de P'tit Hughie les traits de Simon Pegg, et du coup, je lui pardonne tout. Mention spéciale à la traduction signée Alex Nikolavitch, qui, je pense, contribue grandement à faire la qualité de ces ouvrages en version française. Le langage employé étant particulièrement cru, imagé et drôle, je n'imagine même pas le travail que cela a dû être de traduire les blagues et autres traits d'esprits des personnages ! Ma découverte de The Boys ayant été l'occasion d'échanger quelques mots avec lui sur son travail, j'ai pu comprendre en quoi la traduction de comics avait ses particularités. Il s'agit en effet de traduire des bulles, donc un langage oral. Toute la subtilité étant donc de pouvoir donner à chaque personnage sa propre voix, tout en intégrant les contraintes liées à la traduction. Je trouve vraiment que pour The Boys, Alex Nikolavitch le fait divinement bien. Les personnages ayant tous une personnalité marquée, leurs interventions ont en plus leurs propres singularités, les rendant immédiatement reconnaissables. Tout cela cumulé fait de The Boys l'une de mes lectures les plus plaisante de ces dernières semaines et je te conseille, si tu n'as pas froid aux yeux, de te lancer à ton tour. Tu vas parfois être dégoûté, mais tu vas également beaucoup rire et te sentir vraiment libéré!…
Entendu – Projet Orloff – France Culture Audio

Entendu – Projet Orloff – France Culture

Projet Orloff est une fiction sonore en 11 épisodes de Tanguy Blum, Christian Brugerolle et Antoine Piombino, réalisée par Pascal Deux, en association avec la SACD. Prenant part en 1981, elle nous propose une intrigue d'espionnage mettant en scène le SDECE (service de renseignement extérieur français) qui deviendra plus tard la DGSE. Porté par de nombreux comédiens talentueux, j'ai été ravie d'y retrouver les voix de Lou de Laâge, Feodor Atkine ou la formidable Anne Alvaro ! La réalisation est soignée et l'ambiance sonore aussi, l'histoire est passionnante et addictive, c'est vraiment une réussite! A écouter sur le site de France Culture.…
Lu – Les dividendes de l’apocalypse – Stéphane Desienne (Éditions du 38) Imaginaire

Lu – Les dividendes de l’apocalypse – Stéphane Desienne (Éditions du 38)

On ne va pas se mentir, j'ai ce livre de Stéphane Desienne depuis très longtemps. Je l'avais même acheté chez feu les éditions Numeriklivre. Il a dormi un bon moment dans ma liseuse avant que je me décide à le réveiller, en partie après avoir lu l'avis de Christophe sur son blog Post Tenebras Lire, et aussi à l'occasion de sa réédition aux Editions du 38. On retrouve dans ce roman des thèmes chers à l'auteur et qu'il avait déjà abordés dans sa saga Toxic , à savoir les luttes de pouvoir et les intrigues politiques. Rajoute pour cet opus une bonne dose de SF et un ingrédient qui change tout : la religion. En effet, l'intrigue prend part sur une petite planète nommée Nouveau-Vatican, qui s'est mise à l'écart des affaires humaines. Alors que la menace d'une nouvelle apocalypse plane, le chef de l'inquisition va tout faire pour tenter de renverser le pouvoir en place et devenir Pape. J'ai beaucoup aimé cette lecture qui ne manque pas de punch, ni de rebondissements. Stéphane Desienne a un vrai talent pour imaginer des personnages forts et intrigants, toujours dans la nuance. Ils font tout le sel de ce récit ! Avec son sens du rythme, je ne me suis jamais ennuyée et j'ai enchaîné les pages à toute vitesse. Les dividendes de l'apocalypse est un très bon divertissement, qui conforte tout le bien que je pense de son auteur !…
Vu – 16 levers de soleil – Pierre-Emmanuel Le Goff (2018) Cinéma

Vu – 16 levers de soleil – Pierre-Emmanuel Le Goff (2018)

16 levers de soleil est un film documentaire qui retrace les 6 mois de la mission Proxima durant laquelle Thomas Pesquet a séjourné dans l'ISS, la station spatiale internationale. Qui est passé à côté de Thomas Pesquet ? Il aurait été difficile en 2016 de ne pas être au courant de son séjour dans l'espace. En plus de la mission scientifique, c'est tout de même un sacré exercice de communication qu'a fait l'Agence Spatiale Européenne. Ça a fonctionné d'ailleurs. Thomas Pesquet, perché à plus de 400 km de la Terre a fait rêvé des millions d'hommes et de femmes, moi y compris. Je me demandais cependant avec quel angle Pierre-Emmanuel Le Goff allait aborder le sujet. J'avoue que celui qu'il a choisi est assez déroutant. D'explication technique ou scientifique, tu n'en auras aucune ; d'interview, très peu ; et même si les rares prises de parole de Thomas Pesquet m'ont plongée dans des abîmes de réflexion, ce n'est pas là l'essence de ce film. Pierre-Emmanuel Le Goff signe un film très contemplatif, immersif, autant que possible malgré les contraintes, lent et propice aux réflexions. Sans aucune autre voix off que quelques citations, il nous plonge dans le quotidien de cet homme d'exception, tout en en soulignant la profonde humanité. En enchaînant les longs plans, parfois presque silencieux, le réalisateur essai de transmettre beaucoup de messages, de paix, de préservation, de solidarité... J'avoue que l'angle choisi n'est pas évident, que j'ai eu du mal à faire le parallèle avec Saint Exupéry, que j'aurais aimé parfois en savoir plus. Mais le film est sauvé par des images à couper le souffle et par la magnifique bande originale, signée Guillaume Perret. Ce film ne plaira pas à tout le monde, et je comprends qu'il puisse décevoir, mais pour ma part, il m'a bouleversée, je n'ai pas eu besoin de mots...…