Traduit par Alexandre Vialatte.

Il est des livres dont la lecture marque durablement. C’est le cas de ce livre pour moi. J’ai lu La métamorphose à la fin de mon adolescence, alors que j’attendais l’heure de partir en soirée. Cette nouvelle a été une claque monumentale qui m’a complètement fait sortir de la soirée en question.

Je n’ai lu les autres nouvelles de ce recueil que quelques mois après, ainsi que d’autres ouvrages de l’auteur. Retombée dessus lors d’un séjour en famille, j’ai décidé de le relire pour pouvoir t’en parler.

Le style de Kafka est pour moi assez unique. Lire une nouvelle de cet auteur, c’est entrer dans un monde à la fois étrange et absurde, mais également oppressant jusqu’au malaise. C’est une lecture extrêmement viscérale, et il me faut toujours un moment pour m’en extraire une fois l’histoire terminée.

Ses nouvelles décrivent souvent une société très impersonnelle et soumise à une bureaucratie aveugle, dans laquelle aucun espoir n’est permis. Il part de situations parfois sans aucun sens, et ne fourni aucune explication quant à l’étrangeté des choses (par exemple, on ne saura jamais pourquoi le Gregor de La Métamorphose se retrouve soudain changé en cancrelat…).

C’est vraiment une expérience particulière de lire du Kafka, et je ne te dis pas que c’est toujours très agréable, mais c’est aussi totalement fascinant, et je n’ai pas réussi, pour ma part, à lâcher ce recueil avant d’en avoir tourné la dernière page.

Follow us

We will keep you updated

2 Comments

  • Vos notes de relecture donnent envie de s’y replonger. Merci !

    • C’est mon plus grand plaisir ! Merci de me lire.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.