Traduit par Jan Rubeš.

La curiosité m’a poussée à lire cette courte pièce de théâtre, écrite par un auteur tchèque en 1920. Qu’a-t-elle de si spécial, en effet ? Juste le fait que, pour les besoins de cette pièce de théâtre, Karel Čapek a inventé le mot “robot” (dérivé du tchèque robota, voulant dire corvée).

Les robots décrits par Čapek se rapprochent cependant plus de clones que de machines. Ils sont en effet fabriqués en série à partir de matières organiques dans des usines isolées sur une île.
Sur cette île prendra part l’intrigue de la pièce qui met en scène les quelques humains travaillant en tant que dirigeants pour l’usine.

Ce qui m’a frappée à la lecture de cette œuvre, c’est qu’elle porte déjà en elle le cœur de ce qui donne corps à beaucoup d’intrigues tournant autour des robots : des être aux capacités sensitives et intellectuelles limitées, prenant conscience d’eux même et se révoltant contre leurs créateurs.

Si l’auteur manie avec subtilité un humour cynique des plus réjouissants, la fin est convenue et peu intéressante. D’ailleurs, l’intrigue en elle même ne l’est que lorsqu’elle est remise dans son contexte : écrit dans les années 20, R.U.R. est un texte d’une effroyable modernité, qui, en plus de cet apport à lexicologie, énonce une critique virulente du rationalisme économique et pose les bases d’une des thématique centrale de la science fiction.

Follow us

We will keep you updated

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.