Il faut flinguer Ramirez a été conçu, réalisé, mis en scène et dessiné par Nicolas Petrimaux et cela fait toute la particularité de cet album. En effet, les casquettes de l’auteur sont multiples: animation, jeux vidéos, livre d’art… c’est un illustrateur/concept designer (selon le site officiel de la BD) ayant eu de multiples expériences.

C’est, je pense, de par ce fait que, seul au commande de ce projet, il nous livre un album packagé, à mi-chemin de la bande dessinée, du comics et de l’animation. En effet, il y a dans ces planches une mise en scène prégnante, qui les propulse bien au delà de la bande-dessinée classique. 

Ce livre est un objet léché, taillé au cordeau, maîtrisé de bout en bout avec maestria.

Et au niveau de l’intrigue, me direz vous ? 

Si je l’ai laissée pour la fin, c’est parce que de mon point de vue, c’est là que le bas blesse un peu. Biberonné par les années 80, Petrimaux nous balance une énième intrigue à la Tarantino et consort. Si elle n’est pas dénuée d’un humour qui parfois fait mouche, et de vrais envolées décoiffantes, si j’y ai retrouvé nombre de références sympathiques qui me font dire que j’ai tout de même un sacré socle culturel commun avec l’auteur, il m’a tout de même manqué ce petit “plus” que j’ai attendu pendant toute ma lecture et qui fait qu’elle ne restera “que” sympathique, quand je la trouvais tellement prometteuse…

Pour résumer, j’ai adoré et en loue la forme. Petrimaux sort des carcans et nous propose un objet original, qui dénote des productions habituelles, et qui serait tout à fait propice à un crossmédia d’enfer.

Pour le fond, malheureusement, je reste sur ma faim, serais-je devenue un peu trop exigeante ? Peut-être, car je conseil tout de même vivement cet album !

Follow us

We will keep you updated

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.