Traduit par Laurent Queyssi.

Je trouve le format novella vraiment intéressant. Roman court ou longue nouvelle, il entraîne souvent le lecteur dans un récit à peu de personnages, centré sur une histoire précise, laissant suffisamment de temps pour développer ses propos sans s’appesantir.
Il n’est pas facile pour un auteur de trouver un bon rythme, de clore une histoire sans frustrer.

Dans 24 vues du mont Fuji par Hokusai, Zelazny réussi parfaitement l’exercice.

Hokusai pour moi, comme pour beaucoup je pense, c’est avant tout cette estampe, cette vague immense et menaçante, bleue de Prusse, semblant engloutir un mont Fuji minimisé, avec une puissante force évocatrice.
Je me suis intéressée il y a quelques temps à l’oeuvre d’Hokusai, découvrant sa série d’estampes 36 vues du mont Fuji dans ce qu’elle a de révolutionnaire pour l’époque.

Partant de cette série de vues, Zelazny nous déroule le voyage de Mari sur les traces de l’artiste. On sait très peu de choses sur cette héroïne, mis à part le fait qu’elle porte le récent deuil de son mari.

Véritable parcours initiatique, extrêmement contemplatif et poétique, j’ai trouvé que ce récit contrastait par sa douceur avec le reste de l’oeuvre de Roger Zelazny. Je n’ai malheureusement pas trouvé de précisions sur le contexte dans lequel il a été écrit, j’aurais aimé savoir ce que l’auteur traversait à ce moment là.

Assez cryptique, tout du moins au début, 24 vues du mont Fuji par Hokusai m’a surpris par sa mélancolie et l’atmosphère assez résignée qui s’en dégage. Avançant à tâtons, à un rythme assez lent pour ce genre littéraire, j’ai parfois eu le sentiment que les impressions et pensées de l’héroïne étaient plus importantes que l’histoire.

J’ai fini par y retrouver des thèmes chers à l’auteur,comme l’immortalité ou la quête de pouvoir, mais sous un angle complètement différent de celui auquel j’étais habituée.

Je conseille donc vraiment la lecture de ce court roman de Roger Zelazny, c’est une expérience bien différente de ses autres livres, enveloppante et dépaysante, qui consolide en outre tout le bien que je pense de cette collection des éditions Le Bélial, 1 heure lumière.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.