Vu – Sugar Man – Malik Bendjelloul (2012)

Sugar Man est un documentaire racontant l’histoire de Sixto Rodriguez, un musicien de rock-folk américain. Ses deux albums sortis au début des années 70 ont été des échecs aux Etats-Unis, mais rencontrent un succès inattendu et confidentiel en Afrique du Sud, où ses paroles contestataires inspirent le mouvement anti-apartheid de la communauté blanche. Le mystère entourant la mort supposée de l’artiste entraîne deux de ses fans à partir à sa recherche.

J’ai été happée par Sugar Man comme le conte doux amer qu’il est. Bercée par la musique de Rodriguez, sa voix chaud et si particulière.

L’histoire qui nous est conté est en effet palpitante, à la fois tragique dans la description de l’échec de la carrière musicale de l’artiste, et fascinante dans celle de l’influence artistique et politique de son oeuvre à l’autre bout du monde.

Au milieu des témoignages, Rodriguez traverse le récit avec une grâce et une sensibilité assez hors du commun. Véritable héros malgré lui, il est le principal atout de ce film, de par son talent chevillé au corps, son aura d’artiste intemporel, sa musique et ses mots…

Sugar Man m’a touchée, en grande fan de rock des années 70 que je suis, et je ne me lasse pas des musiques de Rodriguez depuis…

Et même si Malik Bendjelloul a clairement orienté son récit pour monter une légende (en se renseignant un peu, on s’en rend vite compte), je crois tout de même Sugar Man très honnête dans ses propos et l’hommage qu’il rend. C’est une belle histoire, magnifiquement racontée, et portée par une formidable bande originale.

“Il avait cette sorte de qualité magique qu’ont tous les vrais poètes et les artistes. Il exaltait les choses, pour s’élever au dessus du banal, du commun”

Follow us

We will keep you updated