Vu – The Last Girl – Celle qui a tous les dons – Colm McCarthy (2017) Cinéma

Vu – The Last Girl – Celle qui a tous les dons – Colm McCarthy (2017)

Tu dois savoir à présent à quel point j'aime les adaptations. Il était du coup impossible pour moi de ne pas regarder ce film, d'autant plus que le scénario a été écrit par M.R. Carey lui-même d'après son propre roman, dont je viens de te parler. Malheureusement, le film ne m'a pas convaincue autant que le livre, peut-être a-t-il souffert de la trop grande proximité que j'avais encore avec la lecture, ou peut-être est-il simplement passable. Sur l'idée de base qui me semblait plutôt originale, le scénario taille à grand coup de serpe, élaguant au passage toute la profondeur psychologique des personnages qui s'en trouvent particulièrement affadis, et simplifiant une intrigue qui se voulait plus subtile (ruinant complètement la fin au passage). La réalisation est classique, le rythme un peu bancal, bref, le film a clairement manqué de quelque chose pour moi. Reste les très bonnes performances de Sennia Nanua, qui campe avec brio la dernière fille en question et de Glenn Close, toujours impeccable. Mais mon vrai coup de cœur va à la musique, signée Cristobal Tapia de Veer dit Cristo, que j'ai trouvé sublime. Elle est lancinante, entêtante, au bord de l'obsessionnel. Elle sublime chaque scène et en vole souvent la vedette, ayant parfois été le seul élément m'ayant tiré une émotion. Elle mérite à elle seule que tu jette un coup d’œil à ce film et au reste du travail de ce compositeur, centré plutôt sur les séries (Utopia, Humans, Dirk Gently, c'est lui !).…
Lu – Celle qui a tous les dons – M. R. Carey (L’Atalante) Imaginaire

Lu – Celle qui a tous les dons – M. R. Carey (L’Atalante)

Traduit par Nathalie Mège. J'ai lu ce roman sur les conseils de plusieurs blogueurs (notamment Stéphanie Chaptal, ici). J'ai en effet préféré leur faire confiance plutôt qu'à mes instincts, qui me conseillent en ce moment de fuir comme la peste la moindre histoire de zombie, tant le genre est éculé. Ceci dit, après la bonne surprise qu'a été le film Dernier train pour Busan (j'en ai d'ailleurs parlé dans mon infolettre, si tu veux t'inscrire pour recevoir ce genre de contenu, ça se passe ici), il fut de bon ton de rester ouverte sur le sujet. D'autant plus que l'auteur a tiré de son roman le scénario d'un film, et vous connaissez mon attirance pour les adaptations. Celle qui a tous les dons prend place dans une Angleterre post-apocalyptique, quelques années après une invasion zombie (les affams) qui a obligé les survivant à se parquer dans les rares zones qui restent encore civilisées. Au cœur d'un complexe militaire, Mélanie est une petite fille atypique qui est le sujet, avec d'autres enfants qui lui ressemblent, d'une expérience visant à mieux comprendre l'épidémie responsable de l'apparition des affams... Face à ce genre très codifié, M.R. Carey construit une histoire originale et palpitante, à l'intrigue particulièrement bien ficelée. Sa variation autour du thème du zombie met en avant une base scientifique solide et bien argumentée, et des personnages robustes, aux personnalités subtiles et affirmées et aux enjeux pragmatiques. Réaliste, l'intrigue suit un rythme montant crescendo, et nous tient en haleine en alternant les scènes d'action avec les réflexions, d'une plume efficace et enlevée. Je ne regrette donc pas du tout d'avoir choisi cette lecture, que je te conseille si tu as aimé les zombies mais qu'ils commencent à t'ennuyer ferme !…
Vu – Electric Boogaloo – Mark Hartley (2013) Cinéma

Vu – Electric Boogaloo – Mark Hartley (2013)

Si tu es né dans les années 80 comme moi, alors tu connais forcément la Cannon, cette boite de production américaine lancée par Menahem Golan et Yoram Globus. Dans ce film documentaire palpitant, Mark Hartley revient sur le parcours de ces deux cousins, et sur l'empreinte qu'ils ont laissé dans l'industrie du cinéma américain. Sans complaisance, il multiplie les intervenants pour dresser un portrait sans doute fidèle de ce qu'ont été ces années de folies : production à tour de bras de films aux scénarios minimalistes, parfois même improvisés, dopés à l'action, l'érotisme et quelques têtes d'affiches, méthodes peu conventionnelles pour ne pas dire magouilles pures et simples... Le documentaires enchaînes les anecdotes aux images d'archives hallucinantes, et retrace toute l'histoire de la Cannon, de sa création aux premières prises de risque, de ses succès à ses bides... Et malgré toute cette folie, ce qui ressort de cette histoire, c'est la passion. On ne peut pas retirer aux deux dirigeants d'avoir été des passionnés de cinéma, motivés tout de même avant tout par l'envie de créer, à leur manière. Car la Cannon c'est aussi une certaine idées du n'importe quoi, du rien n'est impossible, de l'oubli de la censure et de la bien-pensance... c'est donner les pleins pouvoir à des réalisateurs, créant des œuvres qui n'auraient jamais trouvé leur place ailleurs... Et quand je vois la production hollywoodienne actuelle, tous ces blockbusters qui ne se montent que sur le nom de leurs têtes d'affiches, gonflés aux effets spéciaux et aux scénarios tenant sur une ligne, je me dis qu'une partie de la recette a bien été absorbée par une industrie aseptisée tout en oubliant l'essentiel...…
Lu – Périphériques – William Gibson (Au Diable Vauvert) Imaginaire

Lu – Périphériques – William Gibson (Au Diable Vauvert)

Traduit par Laurent Queyssi. De Gibson, je connais Neuromancien, souvent présenté comme l'ouvrage fondateur du mouvement cyberpunk et dont la lecture très exigeante m'a marquée. Je retrouve donc son écriture avec ce nouveau roman, qui suit les aventures de Flynne Fisher, qui gagne sa vie en jouant à des jeux vidéos. Lors d'une séance éprouvante, elle assiste à un meurtre qui l'entraînera dans une intrigue entre deux mondes, et deux temporalités différentes.A travers l'histoire de Flynne Fisher, l'auteur reste fidèle à son univers de prédilection, abordant en prime la dystopie et le voyage dans le temps. Périphériques est un roman atypique, à la lecture difficile car l'auteur avoue lui même dans la postface avoir voulu ce livre avec le moins d'explications possibles, sans pavés d'exposition, ni d'instructions au lecteur. L'absorption des premières centaines de pages est donc particulièrement ardue, projetés que nous sommes dans un monde complexe, très codifié et aux enjeux peu claires. Il m'a fallu toute ma patience et mon implication de lectrice pour m'accrocher aux maigres indices et points de repère et pour m'ancrer, petit à petit, dans une histoire ardue et dense, aux multiples implications et proposant une vision de l'avenir amer et résignée. On ne sort pas sauf de la lecture de Périphériques. Ce n'est pas une partie de plaisir, mais un exercice qui demande de l'attention et un véritable investissement. Quand la dernière page s'est refermée, j'ai eu l'impression d'avoir pris part à la construction du récit. Une expérience particulière et enrichissante, que je te conseille si tu as envie de te sentir impliqué.…
Lu – Bonheur™ – Jean Baret (Le Belial’) Imaginaire

Lu – Bonheur™ – Jean Baret (Le Belial’)

Bonheur™ est le premier tome de la "Trilogie Trademark", que l'auteur lui même présente comme mettant en scène trois univers différents, avec des personnages différents. "La question fondamentale de la recherche du sens de la vie est cependant au cœur de chaque livre".  Avez-vous consommé aujourd'hui ? Dans la société au cœur de Bonheur™, le sens de la vie est littéralement la consommation. Le code de la consommation oblige chaque personne à consommer chaque jour, et le travail du protagoniste de ce roman est justement de traquer ceux qui dérogent à la règle. En contrepartie, tous les citoyens ont le droit absolu au bonheur, quel que soit le moyen pour y parvenir : absorption massive de pilules, mariage avec un robot dévoué et docile, remodelage complet du corps... Ce qui m'a marqué, à la lecture de ce roman, c'est à quel point c'est justement la société qui en est le personnage principal. Les différents protagonistes ne faisant que répéter à l'envie les même gestes et les mêmes comportements, jusqu'à l'aliénation totale. Quand un grain de sable vient enrayer la machine à l'échelle d'une vie, elle sera au final rapidement absorbée. Dystopie poussée dans un extrême grotesque, cauchemardesque, Bonheur™ m'a furieusement fait penser à un American Psycho encore plus sous amphétamines dans la codification des gestes et l'énumération des marques. Hypnotique et dérangeante, la lecture de Bonheur™ n'est sans doute pas un plaisir, et elle soulève nombre de pistes de réflexions. Elles restent cependant trop peu exploitées à mon goût, laissant le lecteur en contemplateur passif, sans le prendre à part ou le forcer au jugement. Ceci dit, en le réduisant presque au rang de "consommateur", il est dans le ton du récit ! J'ai tout de même fortement aimé cette lecture, le style de Baret et son érudition qui transparaît clairement n'y étant pas pour rien. J'apprécie de lire ce qui me semble intelligent, et ce roman l'est sans conteste. Le second tome de la trilogie, Vie™, m'attendant déjà dans ma PAL, il est clair que je te reparlerai prochainement des écrits de Jean Baret.…
Vu – Marina Abramovic, the artist is present – Matthew Akers (2011) Lectures

Vu – Marina Abramovic, the artist is present – Matthew Akers (2011)

Documentaire des plus intéressant, ce film nous présente une artiste extrême, ayant repoussé les limites corporelles et morales lors de performances mémorables. Personnellement, je l'associe surtout à sa performance Rhythm O, pendant laquelle elle s'est présenté en tant qu'"objet" et a invité le public à lui faire ce qu'il voulait avec les 72 objets déposés à ses côtés (certains inoffensifs, d'autres destructeurs). Marina Abramovic, the artist is present a été tourné à l'occasion de la préparation de l'exposition qui lui a été consacrée au MoMA, en 2010. Certains ont pu la découvrir à cette occasion, la vidéo de ses émouvantes retrouvailles avec son ancien compagnon Ulay ayant largement été diffusée à l'époque. J'ai d'ailleurs appris récemment que tout ça s'est tout de même fini en procès, ainsi que le décès d'Ulay, il y a quelques semaines à peine. En retraçant une partie du parcours de Marina Abramovic, c'est en filigrane l'histoire de la performance dans l'art contemporain qui est évoquée. Le film manque cependant clairement de recul sur son sujet, Marina Abramovic étant tour à tour présentée en tant qu'artiste, mais également de professeur, mentor, guide spirituel et même gourou... tous les protagonistes interviewés semblant subjugués par elle, voir dans l'adoration complète. Certains des derniers plans tombent même carrément dans la représentation christique. Cependant, le film reste passionnant dans ce qu'il présente, le portrait d'une femme excessive et ambiguë, d'une force inouïe, calculatrice et qui maîtrise chaque aspect de son image et de son art.…
Lu – Starship Troopers – Robert A. Heinlein (J’ai lu Nouveaux Millénaires) Imaginaire

Lu – Starship Troopers – Robert A. Heinlein (J’ai lu Nouveaux Millénaires)

Traduit par Patrick Imbert. De Starship Troopers, je connais le film de Verhoeven, une vraie claque que j'ai aimé et vu des dizaines de fois. J'étais très curieuse de découvrir le roman qui l'a inspiré, dans cette nouvelle traduction qui lui rend son titre d'origine. Il m'est très difficile de me faire une opinion nette à la lecture de ce livre. Difficile en effet d'adhérer pleinement à l'exposition de cet idéal militaire, où l'engagement citoyen rejoint totalement l'engagement martial. Concept tellement poussé à l'extrême que je me suis demandée pendant toute ma lecture si je devais la faire au premier degré ou non. Civisme, communisme, peine de mort, autant de sujets lourds qui seront abordés sans concessions, les opinions de l'auteurs étant particulièrement tranchées ! La préface de cette édition, signée Ugo Bellagamba et Eric Picholle éclaire tout de même suffisamment sur le contexte, et propose une lecture intéressante du roman, car il est en effet bien question d'engagement, de prise en main de son destin dans ce livre, qui est également une sorte de roman d'apprentissage. L'écriture est dynamique, et le roman mêle scènes d'action et prises de position idéologiques, dans un tourbillon sans pause, qui fait bien plus réfléchir qu'il ne distrait. C'est donc au final une lecture particulièrement intéressante que celle de Starship Troopers, grâce à son intrigue maîtrisée et son point de vue original, qui questionne beaucoup sa propre vision de l'engagement et de la politique. Un mot enfin sur l'adaptation de Verhoeven, qui prend presque totalement à contre pied le roman, en poussant l'idéal présenté dans le livre comme une satire des plus sinistres. Le travail du scénario, qui, sans dénaturer le récit, en retourne tout à fait le message, me parait d'autant plus brillant à présent !…
Vu – Solaris – Andreï Tarkovski (1972) Vidéos

Vu – Solaris – Andreï Tarkovski (1972)

Après Stalker, qui était déjà l'adaptation d'un classique de la science-fiction, j'ai enfin vu mon second film d'Andreï Tarkovski : Solaris. Adapté du livre éponyme de Stanislas Lem, Solaris est particulièrement fidèle au roman. Comment décrire l'étrange passion que m'a inspiré ce film ? Le cinéma de Tarkovski est tellement particulier !Le film est long, lent, minimaliste. Sans musique, l'ambiance sonore est particulièrement travaillée. Aucun son n'étant superflu, chaque grincement, chaque cliquetis, chaque bruit de vaisselle a son importance. La seule scène se passant dans une ville, au milieu du trafic, en devient insupportable de cacophonie, quand l'atmosphère de la station est silencieuse et confinée. Travaillant ses plans comme des tableaux, limitant ses mouvements de caméra à des déplacement lents et rectilignes, Tarkovski se sert de la couleur pour les ciseler et en faire de vraies œuvres d'art, bouleversantes d'émotion. La solitude de cette femme n'est-elle pas palpable ? Mettant en avant tout l'aspect philosophique du roman, Solaris est un huis clos angoissant et mélancolique, un véritable poème visuel qui m'a happée du début à la fin.…
Lu – Solaris – Stanislas Lem (Folio SF) Imaginaire

Lu – Solaris – Stanislas Lem (Folio SF)

Traduit par Jean-Michel Jasienko. Je continue à explorer les grands classiques de la SF avec ce roman de Stanislas Lem, grand auteur de l'imaginaire polonais. J'avoue que l'envie de lire ce livre a tenue aussi beaucoup à mon envie d'en découvrir l'adaptation qu'en a fait Andreï Tarkovski, dont j'ai tellement aimé le Stalker (cela fera d'ailleurs l'objet d'un autre billet). Solaris est un roman très particulier, à l'atmosphère désenchantée et au rythme lent, dans lequel on suit le séjour du psychiatre Kelvin dans une station spatiale en orbite autour de la planète Solaris. Cette planète, étudiée depuis de nombreuses années, abrite un océan protoplasmique, véritable entité vivante, qui semble à l'origine de bien étranges phénomènes qui pousseront les 3 habitants de la station à remettre en cause leurs certitudes. Solaris est loin d'être un roman d'action. Plutôt contemplatif, voir même proche de l'essai philosophique parfois, il interroge sur la prise de contact avec des espèces extraterrestres, la conscience, la perception, la connaissance de soi. Particulièrement mélancolique, l'écriture très appliquée de Lem fait osciller le roman entre le huis clos se déroulant dans la station, et l'histoire de l'étude de Solaris, tellement poussée qu'elle a donné naissance à sa propre science: la solaristique. Une grande partie du roman parle donc d'épistémologie, avec cette interrogation récurrente : que faire face à l'inconnu. Solaris est un roman qui peut rebuter par sa lenteur, mais qui est particulièrement riche dans ses réflexions, et qui pousse à prendre son temps, pour en apprécier toute la profondeur.…
Lu – Fake news – Manu Larcenet (Les rêveurs) BD

Lu – Fake news – Manu Larcenet (Les rêveurs)

Je n'ai pas pu résister à la couverture de cet album. Je ne connais pas dans le détail le travail de Larcenet, mais j'ai toujours aimé son univers visuel. Il s'exprime pleinement dans ce recueil de courts textes absurdes, étranges et drôles, au service de grandes pages illustrées. L'univers développé est entre le non-sens et la parodie, parfois drôle, toujours intrigant. Les planches sont magnifiques, d'une maîtrise inouïe, et m'ont souvent beaucoup touchée, Larcenet en disant plus en un dessin qu'en mille mots. Un livre que je conseille plutôt de picorer (il y a une fake news par double page), pour en savourer l'étrange poésie. Un exemple ? Le fantôme du dernier manchot de Humboldt est mort. Le SMMF (Syndicat mondial des maquereaux fantômes) se dit soulagé.…