Vu – 16 levers de soleil – Pierre-Emmanuel Le Goff (2018)

16 levers de soleil est un film documentaire qui retrace les 6 mois de la mission Proxima durant laquelle Thomas Pesquet a séjourné dans l’ISS, la station spatiale internationale.

Qui est passé à côté de Thomas Pesquet ? Il aurait été difficile en 2016 de ne pas être au courant de son séjour dans l’espace. En plus de la mission scientifique, c’est tout de même un sacré exercice de communication qu’a fait l’Agence Spatiale Européenne. Ça a fonctionné d’ailleurs. Thomas Pesquet, perché à plus de 400 km de la Terre a fait rêvé des millions d’hommes et de femmes, moi y compris.

Je me demandais cependant avec quel angle Pierre-Emmanuel Le Goff allait aborder le sujet. J’avoue que celui qu’il a choisi est assez déroutant.
D’explication technique ou scientifique, tu n’en auras aucune ; d’interview, très peu ; et même si les rares prises de parole de Thomas Pesquet m’ont plongée dans des abîmes de réflexion, ce n’est pas là l’essence de ce film.

Pierre-Emmanuel Le Goff signe un film très contemplatif, immersif, autant que possible malgré les contraintes, lent et propice aux réflexions. Sans aucune autre voix off que quelques citations, il nous plonge dans le quotidien de cet homme d’exception, tout en en soulignant la profonde humanité. En enchaînant les longs plans, parfois presque silencieux, le réalisateur essai de transmettre beaucoup de messages, de paix, de préservation, de solidarité…

J’avoue que l’angle choisi n’est pas évident, que j’ai eu du mal à faire le parallèle avec Saint Exupéry, que j’aurais aimé parfois en savoir plus. Mais le film est sauvé par des images à couper le souffle et par la magnifique bande originale, signée Guillaume Perret.

Ce film ne plaira pas à tout le monde, et je comprends qu’il puisse décevoir, mais pour ma part, il m’a bouleversée, je n’ai pas eu besoin de mots…

Follow us

We will keep you updated