Traduit par Alex Nikolavitch.

Je ne connaissais pas ce comics avant de le voir en tête de gondole de ma librairie préférée, mis en avant grâce à l’adaptation en série qui vient d’en être faite par Prime Vidéo.
Je ne compte pas regarder la série. D’abord car je regarde très peu de séries, et ensuite parce qu’il gèlera en enfer bien avant que j’ai quoi que ce soit à voir avec Amazon…

Cependant, le nom seul de Garth Ennis m’a fait me précipiter sur les bouquins comme un membre du gouvernement sur un mandat non déclaré… Si tu me suis depuis un petit moment, tu sais à quel point j’adore une autre série de cet auteur, le formidable Preacher. C’est donc toute frétillante que j’ai entamé ma lecture.

L’intrigue se situe dans un univers parallèle au notre, dans lequel les super héros (super-slips…), loin de l’image d’épinal qu’on pourrait leur prêter, ne sont que les outils marketing d’une grande entreprise qui les a créés à coup de sérum. La plupart étant corrompus, profitant de leur statut pour être criminels, une équipe est montée par la CIA pour les encadrer, voir les neutraliser : Les Boys (Les P’tits Gars…), menés par le plus charismatique des salopards: Billy Butcher.

On comprend mieux en découvrant l’univers de cette série de bouquins pourquoi Wildstorm (filiale de DC Comics), qui l’éditait au commencement, l’a annulée au bout de 6 épisodes (la série sera par la suite reprise par Dynamite Entertainement)…
Car en effet The Boys est à réserver à un public averti (d’ailleurs, c’est marqué sur la couverture). Cynique et très violent, irrespectueux et cru, The Boys est décoiffant, mais aussi absolument hilarant!

Construisant une immense satyre du monde des super-héros, Ennis a développé des personnages complexes, particulièrement ambiguës, Butcher en tête, que j’ai aimé détester tout au long de ma lecture.

Le trait de Darick Robertson manque parfois un peu de précision et c’est dommage, mais il a donné au personnage de P’tit Hughie les traits de Simon Pegg, et du coup, je lui pardonne tout.

Mention spéciale à la traduction signée Alex Nikolavitch, qui, je pense, contribue grandement à faire la qualité de ces ouvrages en version française. Le langage employé étant particulièrement cru, imagé et drôle, je n’imagine même pas le travail que cela a dû être de traduire les blagues et autres traits d’esprits des personnages ! Ma découverte de The Boys ayant été l’occasion d’échanger quelques mots avec lui sur son travail, j’ai pu comprendre en quoi la traduction de comics avait ses particularités.
Il s’agit en effet de traduire des bulles, donc un langage oral. Toute la subtilité étant donc de pouvoir donner à chaque personnage sa propre voix, tout en intégrant les contraintes liées à la traduction. Je trouve vraiment que pour The Boys, Alex Nikolavitch le fait divinement bien. Les personnages ayant tous une personnalité marquée, leurs interventions ont en plus leurs propres singularités, les rendant immédiatement reconnaissables.

Tout cela cumulé fait de The Boys l’une de mes lectures les plus plaisante de ces dernières semaines et je te conseille, si tu n’as pas froid aux yeux, de te lancer à ton tour. Tu vas parfois être dégoûté, mais tu vas également beaucoup rire et te sentir vraiment libéré!

Follow us

We will keep you updated

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.