Je n’ai malheureusement découvert le nom d’Harlan Ellison qu’à l’occasion de sa mort. Il est pourtant reconnu pour être un très grand novelliste.

La machine aux yeux bleus est donc ma première rencontre avec son écriture, et je dois dire que ce fut un immense coup de cœur.

Ce qui marque dans les histoires d’Harlan Ellison, c’est qu’elles n’ont de fantastique que l’étiquette qu’on a bien voulu leur donner. Les éléments fantastiques ne sont en effet pas présents dans toutes les nouvelles ; Toute ma vie est un mensonge, par exemple, qui clos le livre, en est totalement exempt et en est pourtant l’une des plus réussie.

Harlan Ellison parlait d’ailleurs lui même plus volontiers pour son œuvre de “fiction spéculative”. Le fantastique, en effet, n’y est qu’un cadre permettant à ses histoires d’explorer des thèmes proches de la philosophie ou de la psychologie. 

En parcourant les  12 nouvelles qui composent ce recueil, on est rapidement marqué par la tristesse qui s’en détache. L’auteur a en effet à cœur des sujets aussi amusants que le rapport au temps qui passe, la nostalgie de l’enfance ou le déchirement des relations amoureuses… Il  a réussi néanmoins à me cueillir par d’authentiques bijoux.

Par exemple, dans la nouvelle Le septième jour, un homme composant machinalement son propre numéro a la surprise de tomber sur son double. Plus gentil, moins cynique, il ne pourra en rester qu’un… Et surtout… surtout…. Jeffty a cinq ans… qui a reçu le prix Hugo en son temps, et dans laquelle le narrateur a pour meilleur ami un garçon qui a cessé de grandir après ses cinq ans. Récit à la fois cruel, d’une infinie mélancolie et d’une immense poésie, il constitue à lui seul une raison pour laquelle il faut lire Harlan Ellison.

Il est bien malheureux que son œuvre soit si peu disponible en France. La machine aux yeux bleus est en effet épuisé et nombre de ses nouvelles n’ont carrément pas été traduites. Je vous encourage donc à écumer les livres d’occasion et à vous pencher sur les écrits d’Ellison, vous découvrirez un immense novelliste, aux thèmes, style et écriture de haut niveau, qui poussent à la réflexion. 

Le genre de lecture qui nous fait grandir…

2 Comments

  • Harlan Ellison est un auteur que je ne connaissais pas du tout jusqu’à très récemment. J’en ai entendu parler dans « Becoming Superman », l’autobiographie de J. Michael Straczynski, qui y décrit Harlan Ellison comme un des auteurs qu’il admire le plus et une référence pour ses propres créations. Il serait temps que je découvre ses oeuvres !

    • Quand on s’intéresse un peu au bonhomme, on se rend compte qu’il semble avoir marqué la vie de beaucoup d’autres auteurs, c’était en plus quelqu’un de très actif dans la communauté des écrivains de l’imaginaire apparemment.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.