Lu – Malevil – Robert Merle (Gallimard)

Grand classique du post-apocalyptique français, Malevil a inauguré ma PAL de l’été que j’ai sobrement intitulée « retour aux classiques du fantastique ».

Publié en 1972, il reprend les craintes de l’époque d’une apocalypse nucléaire, à laquelle une poignée d’hommes survivent grâce à la robustesse des pierres du château de Malevil.

Ecrit sous la forme des mémoires du personnage principal (Emmanuel Comte, propriétaire original de Malevil) parfois entrecoupées de quelques réflexion d’un autre protagoniste, le roman change de certains autre classiques qui n’abordent que la survie à court terme. En effet, dès que la catastrophe est avérée, Emmanuel Comte et ses acolytes ont à cœur de reconstruire un semblant de civilisation, et de pérenniser la survie de tous.

Porté par des personnages forts et principalement masculins (le roman est en effet assez viriliste), il met également en scène des portraits de femmes qui, s’ils peuvent paraître caricaturaux, sont beaucoup plus fins qu’ils peuvent le sembler de prime abord.

Le style n’est pas si daté, et le roman se lit assez facilement. Mis à part une introduction qui traîne un peu, il ne souffre d’aucune longueur, mais il faut s’adapter au rythme parfois lent, pourtant en parfaite adéquation avec le rythme de vie imposé par les événements. Au final, les quelques 600 pages ne m’ont pas résisté plus de quelques jours, tant l’histoire est prenante.

Abordant les thèmes chers au survivalisme (agressivité, justice, défense et place de la religion), Malevil dresse un fresque de grande ampleur, et cherche a faire triompher les hommes de leurs propres faiblesses et travers. Formidable aventure humaine, un roman à lire absolument, que je rapprocherais du roman Ravage, de René Barjavel, qui m’avait également marqué en son temps.

Un mot pour finir sur l’adaptation qu’en a fait Christian de Chalonge en 1980. Prenant beaucoup de libertés avec le roman (au point que Robert Merle a totalement désavoué le film), il n’en reprend que la situation de base et le personnage principal (formidable Michel Serrault, qui incarne selon moi parfaitement le rôle, avec le génie qui était le sien), les autres personnages étant totalement réinterprétés voir inventés. Il est cependant également une oeuvre admirable à découvrir, à l’atmosphère et au rythme incomparable, une vraie réussite du cinéma fantastique français.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.