Mois : septembre 2019

Vu – Boustifaille (Court métrage) – Pierre Mazingarbe Vidéos

Vu – Boustifaille (Court métrage) – Pierre Mazingarbe

"Comédie cannibale" , Boustifaille est un court métrage décoiffant signé Pierre Mazingarbe. Traitant d'un thème choc (le cannibalisme), il met au final en scène des rapports familiaux. Une jeune femme cherche à s'émanciper d'un cocon familiale particulièrement envahissant pour l'amour d'un homme. Porté par le comique et l'absurde, avec en prime pas mal de violence, Boustifaille n'est cependant pas une farce. Fin dans son analyse sociale, il nous parle de situations bien réelles (remplacez par exemple le cannibalisme par la religion ou le racisme). Mettant en scène une poignée d'acteurs talentueux et attachants, Boustifaille est donc un court métrage à la fois drôle et intelligent, qui ravira les amateurs d'humour noir et de sang, tout en nous faisant réfléchir!
Lu – Fog – James Herbert (Bragelonne Terreur) Imaginaire

Lu – Fog – James Herbert (Bragelonne Terreur)

Traduit par Anne Crichton. J'ai été séduite par ce livre beaucoup pour son titre, qui me rappelle évidement le film éponyme de John Carpenter, qui fait partie de mes préférés.Rien à voir ici car, même si l'auteur nous conte également l'histoire d'un brouillard plutôt inquiétant, ils n'ont pas d'autres points communs. Fog est donc le deuxième roman de l'anglais James Herbert, un écrivain plutôt porté sur l'horreur que je ne connaissais pas du tout. C'est un livre mené tambour battant, qui nous plonge immédiatement dans une histoire rythmée, stressante, et parsemée de scènes d'horreur assez graphiques. Au milieu de ce chaos, il nous présente un héros malgré lui, plutôt réaliste et humain, seul immunisé contre le fléau mais tout de même agent du gouvernement, ce qui facilite les choses. Plutôt qu'un pur livre d'horreur, Fog flirte un peu avec un techno-thriller. En effet, une fois les propriétés surnaturelles du brouillard identifiées, les explications et les réponses apportées sont assez terre à terre.Mais cela n'enlève rien à la qualité de l'intrigue, au contraire, j'ai pris beaucoup de plaisir à suivre les errances des équipes chargées de contrer la menace.Les scènes d'action sont bien menées, l'horreur est savamment distillée, et la folie qui se dégage de ces passages très angoissante.Fog est donc sacrément plaisant pour qui recherche un peu d'adrénaline !  
Lu – Pages perdues – Paul Di Filippo (j’ai lu) Imaginaire

Lu – Pages perdues – Paul Di Filippo (j’ai lu)

Comme beaucoup des ouvrages que je vous ai présentés dernièrement, Pages perdues m'a été recommandé par Laurent Queyssi (merci à lui, lisez ses bouquins).  Pages perdues présente une poignée de nouvelles qui chacune met en scène un écrivain célèbre dans une uchronie des plus ébouriffante. Dans un monde où la science fiction disparaît dans les années 60, victime du ridicule, Kafka est un justicier nocturne, Anne Franck, une vedette de cinéma, Saint-Exupéry le seul espoir d'une humanité décimée... Autant de situations originales et folles qui permettent de mettre si bien en avant ces grands noms de l'écriture. La lecture de Pages perdues est exigeante, car l'univers est hyper référencé. Les nouvelles sont classées chronologiquement par décennies, et il faut bien connaître le contexte pour en comprendre toutes les subtilités. Heureusement, les nombreuses notes de traduction aident!  S'il est sans doute difficile d’appréhender les nouvelles mettant en scène des auteurs non familiers (ce qui fut mon cas), elles se lisent tout de même avec grand plaisir, et on se laisse prendre au jeu de cet univers parallèle, souvent teinté d'humour. Paul Di Filippo s'est essayé a un exercice des plus risqué et il s'en sort avec justesse et crédibilité!
Vu – La planète sauvage – René Laloux Cinéma

Vu – La planète sauvage – René Laloux

Quand l'ami chez qui j'ai passé quelques jours de vacances, me voyant lire le livre Oms de série de Stefan Wul m'a dit qu'il avait été adapté en film d'animation, je n'ai évidement pas pu m'empêcher de le regarder.  La planète sauvage est donc un film d'animation de René Laloux, sur un scénario conjoint et des dessins originaux de Roland Topor, sorti en 1973. J'ai pour ma part regardé la version restaurée datant de 2016. Librement adapté du roman de Wul, il prend quelques libertés avec l'histoire, rajoutant un concept clé absent du livre. Cependant, le récit rend tout de même honneur à son matériaux de base, et surtout, le film est d'une poésie délirante. Le roman ne s’épanchant pas énormément sur les descriptions, Roland Topor a pu s'en affranchir pour créer un univers d'une richesse visuelle inouïe. Ses dessins parviennent à créer toute une ambiance étrange et singulière et font la véritable beauté de ce film. Proches du surréalisme, ils insufflent à l'histoire toute sa dimension romanesque, il ne se passe pas une minute sans une nouvelle trouvaille. Véritable curiosité, à l'originalité folle, La Planète Sauvage est un petit bijou d'animation, une bulle de surprise et de découverte qui m'a complètement renversée à son visionnage.  
Lu – Oms en série – Stefan Wul (Denoël) Imaginaire

Lu – Oms en série – Stefan Wul (Denoël)

Mon "retour aux classiques du fantastique" de cet été m'a amenée à lire mon second livre de Stefan Wul.  Oms en série est un court roman, qui se lit très facilement. Mettant en scène le reste d'une humanité réduite à l'état d'animaux domestiques par une race extraterrestre (les Draags), il narre le destin d'un jeune humain nommé Terr qui guidera les hommes dans leur quête de liberté. Si j'ai lu ce livre avec intérêt et plaisir, il faut tout de même avouer qu'avec moins de 200 pages pour la version poche et une intrigue au rythme rapide, il ne laisse pas le temps de s’appesantir sur les sujets abordés. C'est dommage, car ils sont nombreux et pertinents. J'aurais aimé que l'auteur s'attarde plus sur la description de la condition de Terr en tant qu'animal de compagnie, sur son ressenti, ses réactions... J'aurais aimé aussi que le thème de l'involution de l'espèce humaine soit plus détaillé, car l'auteur pousse une réflexion des plus intéressante.Bref, j'avoue que j'aurais aimé que ce roman prenne un peu plus le temps de s'installer. Il reste que, tel qu'il est, il constitue un bon moment de lecture. C'est rythmé, plein d'action et intelligent. C'est également plutôt positif, ce qui est toujours appréciable de temps en temps.  A noter qu'à l'occasion de la lecture du roman, j'ai regardé l'adaptation qu'en ont fait René Laloux et Roland Topor et que je vous en parle très bientôt sur le blog!
Vu – Saint Ange – Pascal Laugier Cinéma

Vu – Saint Ange – Pascal Laugier

Dans la filmographie de Pascal Laugier, avant Martyrs, il y a eu Saint Ange.  Sorti en 2004, il conte l'histoire d'Anna, engagée pour nettoyer un orphelinat voué à la fermeture. En proie à de drôles de phénomènes, elle est poussée à mener l'enquête sur le passé trouble de l'établissement. Premier long métrage de Pascal Laugier, produit entre autre par Christophe Gans, Saint Ange est un film d'ambiance angoissant porté par un casting presque exclusivement féminin. Si un soin tout particulier a été apporté à l’atmosphère (photo et musique), j'ai eu du mal à accrocher à un scénario somme toute assez faible, qui peine à contrebalancer la richesse de la réalisation. J'en ai par contre beaucoup aimé l'esthétisme et le rythme. Saint Ange reste un film intéressant à regarder, magnifique par certaines de ses scènes et par la présence de ses actrices, Virginie Ledoyen en tête. 
Lu – Échos graphiques – Dave McKean (Delcourt) BD

Lu – Échos graphiques – Dave McKean (Delcourt)

Traduit par Anne Capuron. Je n'ai pas de mots assez forts pour dire à quel point j'aime l'univers graphique de Dave McKean, à quel point il me touche, à quel point je l'admire... Pouvoir enfin trouver le premier Echos Graphiques fut une grande joie, comblée en prime par la parution du deuxième volume de ses œuvres. Dans ces deux ouvrages aux dimensions impressionnantes (grand format, plus de 200 pages), il mêle comme à son habitude les techniques graphiques (peinture, dessin, collage, photo...) dans un ensemble d’histoires hétéroclites qui nous invitent dans son monde étrange et envoûtant. Le visuel de Dave McKean est frappant, reconnaissable et inoubliable. Son univers mêle l'extraordinaire, le troublant, l'angoissant à la poésie la plus pure et l'onirisme exacerbé. Lire Echos graphiques, c'est prendre un coup dans le bide, prendre une gigantesque claque. C'est être entraîné aux confins du visible, dans un tourbillon d'histoires chimériques, parfois absurdes ou drôles, toujours d'une beauté fatale. C'est être époustouflé par sa maîtrise de tant de techniques, être estomaqué par l'originalité de ses choix, être conquis par l'âme qu'il met dans ses planches.  Goûtez à l'art de Dave McKean et vous y laisserez une part de vous même, un écho, une ombre, car il parle à chacun d'entre nous.
Lu – Contes ordinaires d’une société résignée – Ersin Karabulut (Fluide Glacial) BD

Lu – Contes ordinaires d’une société résignée – Ersin Karabulut (Fluide Glacial)

Traduit par Didier Pasamonik. Autant être honnête, je n'y connais absolument rien en BD turque dont Ersin Karabulut semble être un chef de file. Je ne me rappelle même plus de la raison qui m'a poussée à acheter cette BD, ce que je sais, c'est que c'était une bonne idée. Une très très bonne idée. Il faut dire que le bonhomme est rédacteur en chef d'un des rares magazines satiriques turques et que ça pose un artiste... Coup de poing, coup de cœur, les 15 courts contes qui forment cet ouvrage m'ont cueillie, secouée et laissée pantoise. Imaginez une maladie défigurante, capable de communiquer avec son hôte... Imaginez que l'on puisse prédire le futur emploi d'un enfant dès la grossesse... Imaginez que le gouvernement n'accorde qu'un crédit-vie de quelques années à se partager au sein d'un foyer... Imaginez que l'absence de couleur soit la nouvelle norme imposée par un société totalitaire... Imaginez que l'esprit de votre belle-mère se réincarne dans votre fille, que votre grand-père ne meurt jamais, que vous trouviez des messages dans des légumes... Toutes ces histoires, et bien plus encore, Ersin Karabulut vous les livre dans un ouvrage irrévérencieux, cynique, d'une cruauté féroce mais aussi teinté d'un humour des plus noir... Le tout porté par un dessin outrancier, parfois caricatural mais d'une extrême finesse tant dans les traits que dans le mariage des couleurs, et qui m'a conquise dès les premières planches. Dans cet univers si proche du notre, mais avec un je ne sais quoi qui dérape (toute allusion à une célèbre série sera sévèrement punie...) l'auteur dépeint les maux qui minent notre société : désillusion, résignation, aliénation, ou simplement immense saloperie. C'est brutal, c'est violent, c'est notre propre apathie qui nous saute au visage. Ça secoue, ça dérange, ÇA CHANGE, ENFIN... C'est une réussite de bout en bout. Infini merci aux éditions Fluide Glacial d'avoir dégoté ce diamant brut. Penchez vous sur le travail d'Ersin Karabulut, cela vaut - vraiment - le coup!!!!