uchronie

Lu – Pages perdues – Paul Di Filippo (j’ai lu) Imaginaire

Lu – Pages perdues – Paul Di Filippo (j’ai lu)

Comme beaucoup des ouvrages que je vous ai présentés dernièrement, Pages perdues m'a été recommandé par Laurent Queyssi (merci à lui, lisez ses bouquins).  Pages perdues présente une poignée de nouvelles qui chacune met en scène un écrivain célèbre dans une uchronie des plus ébouriffante. Dans un monde où la science fiction disparaît dans les années 60, victime du ridicule, Kafka est un justicier nocturne, Anne Franck, une vedette de cinéma, Saint-Exupéry le seul espoir d'une humanité décimée... Autant de situations originales et folles qui permettent de mettre si bien en avant ces grands noms de l'écriture. La lecture de Pages perdues est exigeante, car l'univers est hyper référencé. Les nouvelles sont classées chronologiquement par décennies, et il faut bien connaître le contexte pour en comprendre toutes les subtilités. Heureusement, les nombreuses notes de traduction aident!  S'il est sans doute difficile d’appréhender les nouvelles mettant en scène des auteurs non familiers (ce qui fut mon cas), elles se lisent tout de même avec grand plaisir, et on se laisse prendre au jeu de cet univers parallèle, souvent teinté d'humour. Paul Di Filippo s'est essayé a un exercice des plus risqué et il s'en sort avec justesse et crédibilité!
Lu – Le cercle de Farthing – Jo Walton (Denoël) Imaginaire

Lu – Le cercle de Farthing – Jo Walton (Denoël)

Traduit par Luc Carissimo. Le cercle de Farthing est un des premiers romans de Jo Walton, le premier tome de la Trilogie du subtil changement, qui met en scène l'inspecteur Carmichael. J'y ai aimé le parfait mélange entre deux courants : l'uchronie et le roman policier.L'histoire se déroule dans un monde post seconde guerre mondiale, dans lequel l'Angleterre a signé la paix avec l'Allemagne, toujours dirigée par Hitler. Quand le principal artisan de cette paix est assassiné au milieu de la réunion d'un grand cercle d'influence, tout désigne le seul invité juif....Jo Walton a su nous plonger au cœur de la bourgeoisie, celle qui est l’artisane des jeux de pouvoir. Il en ressort un portrait sans doute fidèle, parfaitement cynique, et qui fait la part belle à l'hypocrisie et aux faux semblants.Parallèlement à ça, nous assistons à un récit assez glaçant sur la montée du fascisme, qui nous interroge sur ce que serait le statut des juifs dans une Europe en paix avec Hitler...Au milieu de cette atmosphère très lourde, le récit policier est subtil, prenant et pique notre curiosité. Servi par des personnages tout en nuances, il est maîtrisé de bout en bout. Très sombre, ce roman écrit au début des années 2000 trouve son écho dans ce que l'on vit et découvre tous les jours, et il est parfois difficile d'y trouver de l'espoir... Le tableau dépeint, s'il est certainement réaliste, n'en est que plus dur...Je vous recommande donc la lecture du Cercle de Farthing, qui, dans un style qui rappelle parfois celui des classiques policiers anglais, saura retenir votre attention par son intrigue et son propos.