Vidéos

Vu – The Last Girl – Celle qui a tous les dons – Colm McCarthy (2017) Cinéma

Vu – The Last Girl – Celle qui a tous les dons – Colm McCarthy (2017)

Tu dois savoir à présent à quel point j'aime les adaptations. Il était du coup impossible pour moi de ne pas regarder ce film, d'autant plus que le scénario a été écrit par M.R. Carey lui-même d'après son propre roman, dont je viens de te parler. Malheureusement, le film ne m'a pas convaincue autant que le livre, peut-être a-t-il souffert de la trop grande proximité que j'avais encore avec la lecture, ou peut-être est-il simplement passable. Sur l'idée de base qui me semblait plutôt originale, le scénario taille à grand coup de serpe, élaguant au passage toute la profondeur psychologique des personnages qui s'en trouvent particulièrement affadis, et simplifiant une intrigue qui se voulait plus subtile (ruinant complètement la fin au passage). La réalisation est classique, le rythme un peu bancal, bref, le film a clairement manqué de quelque chose pour moi. Reste les très bonnes performances de Sennia Nanua, qui campe avec brio la dernière fille en question et de Glenn Close, toujours impeccable. Mais mon vrai coup de cœur va à la musique, signée Cristobal Tapia de Veer dit Cristo, que j'ai trouvé sublime. Elle est lancinante, entêtante, au bord de l'obsessionnel. Elle sublime chaque scène et en vole souvent la vedette, ayant parfois été le seul élément m'ayant tiré une émotion. Elle mérite à elle seule que tu jette un coup d’œil à ce film et au reste du travail de ce compositeur, centré plutôt sur les séries (Utopia, Humans, Dirk Gently, c'est lui !).…
Vu – Solaris – Andreï Tarkovski (1972) Vidéos

Vu – Solaris – Andreï Tarkovski (1972)

Après Stalker, qui était déjà l'adaptation d'un classique de la science-fiction, j'ai enfin vu mon second film d'Andreï Tarkovski : Solaris. Adapté du livre éponyme de Stanislas Lem, Solaris est particulièrement fidèle au roman. Comment décrire l'étrange passion que m'a inspiré ce film ? Le cinéma de Tarkovski est tellement particulier !Le film est long, lent, minimaliste. Sans musique, l'ambiance sonore est particulièrement travaillée. Aucun son n'étant superflu, chaque grincement, chaque cliquetis, chaque bruit de vaisselle a son importance. La seule scène se passant dans une ville, au milieu du trafic, en devient insupportable de cacophonie, quand l'atmosphère de la station est silencieuse et confinée. Travaillant ses plans comme des tableaux, limitant ses mouvements de caméra à des déplacement lents et rectilignes, Tarkovski se sert de la couleur pour les ciseler et en faire de vraies œuvres d'art, bouleversantes d'émotion. La solitude de cette femme n'est-elle pas palpable ? Mettant en avant tout l'aspect philosophique du roman, Solaris est un huis clos angoissant et mélancolique, un véritable poème visuel qui m'a happée du début à la fin.…
Vu – Chernobyl – Craig Mazin (2019) Vidéos

Vu – Chernobyl – Craig Mazin (2019)

Chose rarissime, j'ai profité de quelques jours de calme pour regarder une série. J'en regarde très peu, mais le sujet de celle-ci me semblait passionnant. Chernobyl est une minisérie en 5 épisodes d'environ 1h chacun. Elle raconte l'histoire vraie de "la catastrophe de Tchernobyl": l'explosion, en 1986, du réacteur nucléaire n°4 de la centrale V.I. Lénine, située à l'époque en URSS. Elle met surtout l'accent sur les milliers de personnes ayant œuvré pour minimiser les conséquences sanitaires de cet incident, au sacrifice de leur vie. Étant assez âgée pour me rappeler du traitement de la catastrophe dans les médias français de l'époque (j'avais 6 ans), j'étais loin d'imaginer, même maintenant, les processus mis en place pour gérer cette crise. Cette histoire est en effet aussi épique que vraie, et constitue donc le parfait matériaux de base pour une série d'ambition. La série est poignante, émouvante, dérangeante... Parfaitement réalisée, elle m'a happée du début à la fin, me laissant dans un état d'émotion certain.…
Vu – Sugar Man – Malik Bendjelloul (2012) Cinéma

Vu – Sugar Man – Malik Bendjelloul (2012)

Sugar Man est un documentaire racontant l'histoire de Sixto Rodriguez, un musicien de rock-folk américain. Ses deux albums sortis au début des années 70 ont été des échecs aux Etats-Unis, mais rencontrent un succès inattendu et confidentiel en Afrique du Sud, où ses paroles contestataires inspirent le mouvement anti-apartheid de la communauté blanche. Le mystère entourant la mort supposée de l'artiste entraîne deux de ses fans à partir à sa recherche. J'ai été happée par Sugar Man comme le conte doux amer qu'il est. Bercée par la musique de Rodriguez, sa voix chaud et si particulière. L'histoire qui nous est conté est en effet palpitante, à la fois tragique dans la description de l'échec de la carrière musicale de l'artiste, et fascinante dans celle de l'influence artistique et politique de son oeuvre à l'autre bout du monde. Au milieu des témoignages, Rodriguez traverse le récit avec une grâce et une sensibilité assez hors du commun. Véritable héros malgré lui, il est le principal atout de ce film, de par son talent chevillé au corps, son aura d'artiste intemporel, sa musique et ses mots... Sugar Man m'a touchée, en grande fan de rock des années 70 que je suis, et je ne me lasse pas des musiques de Rodriguez depuis... Et même si Malik Bendjelloul a clairement orienté son récit pour monter une légende (en se renseignant un peu, on s'en rend vite compte), je crois tout de même Sugar Man très honnête dans ses propos et l'hommage qu'il rend. C'est une belle histoire, magnifiquement racontée, et portée par une formidable bande originale. "Il avait cette sorte de qualité magique qu'ont tous les vrais poètes et les artistes. Il exaltait les choses, pour s'élever au dessus du banal, du commun"…
Vu – Boustifaille (Court métrage) – Pierre Mazingarbe Vidéos

Vu – Boustifaille (Court métrage) – Pierre Mazingarbe

"Comédie cannibale" , Boustifaille est un court métrage décoiffant signé Pierre Mazingarbe. Traitant d'un thème choc (le cannibalisme), il met au final en scène des rapports familiaux. Une jeune femme cherche à s'émanciper d'un cocon familiale particulièrement envahissant pour l'amour d'un homme. Porté par le comique et l'absurde, avec en prime pas mal de violence, Boustifaille n'est cependant pas une farce. Fin dans son analyse sociale, il nous parle de situations bien réelles (remplacez par exemple le cannibalisme par la religion ou le racisme). Mettant en scène une poignée d'acteurs talentueux et attachants, Boustifaille est donc un court métrage à la fois drôle et intelligent, qui ravira les amateurs d'humour noir et de sang, tout en nous faisant réfléchir!…
Vu – La planète sauvage – René Laloux Cinéma

Vu – La planète sauvage – René Laloux

Quand l'ami chez qui j'ai passé quelques jours de vacances, me voyant lire le livre Oms de série de Stefan Wul m'a dit qu'il avait été adapté en film d'animation, je n'ai évidement pas pu m'empêcher de le regarder.  La planète sauvage est donc un film d'animation de René Laloux, sur un scénario conjoint et des dessins originaux de Roland Topor, sorti en 1973. J'ai pour ma part regardé la version restaurée datant de 2016. Librement adapté du roman de Wul, il prend quelques libertés avec l'histoire, rajoutant un concept clé absent du livre. Cependant, le récit rend tout de même honneur à son matériaux de base, et surtout, le film est d'une poésie délirante. Le roman ne s’épanchant pas énormément sur les descriptions, Roland Topor a pu s'en affranchir pour créer un univers d'une richesse visuelle inouïe. Ses dessins parviennent à créer toute une ambiance étrange et singulière et font la véritable beauté de ce film. Proches du surréalisme, ils insufflent à l'histoire toute sa dimension romanesque, il ne se passe pas une minute sans une nouvelle trouvaille. Véritable curiosité, à l'originalité folle, La Planète Sauvage est un petit bijou d'animation, une bulle de surprise et de découverte qui m'a complètement renversée à son visionnage.  …
Vu – l’intox c’est nous – Julien Goetz (francetv slash) Vidéos

Vu – l’intox c’est nous – Julien Goetz (francetv slash)

Une série documentaire qui plonge au cœur de la désinformation, pour en présenter les mécanismes d'une part, et pour expliquer par quels moyens et pour quelle raison elle se partage aussi facilement. Au fil des différents épisodes, on se rend compte de l'ampleur et de la complexité du système mis en place. Il devient facile d'imaginer quel dangereux pouvoir cela peut être. A voir et à mon avis à montrer aux jeunes générations, pour prendre conscience du rôle central que chacun d'entre nous doit jouer. Esprit critique et conscience des conséquences de nos partages... Les six épisodes sont disponibles sur Youtube ou sur le site de Francetv slash. https://www.france.tv/slash/l-intox-c-est-nous/…
Vu – Là où les putains n’existent pas – Ovidie Vidéos

Vu – Là où les putains n’existent pas – Ovidie

Un documentaire très dur, sur la situation des travailleuses du sexe en Suède. Avec une réalisation maîtrisée et un sens aiguë de la narration, Ovidie démontre à quel point, sous couvert de lois protectrices, le gouvernement suédois commet des abus de pouvoirs, précarisant et menaçant la vie de celles qu'il prétend préserver. Prenant comme toile de fond l'histoire tragique d'Eva-Marree, alias Petite Jasmine,  qui s'est d'abord vu retirée la garde de ses enfants pour prostitution pour ensuite être assassinée par son compagnon violent, elle pose la question du libre choix d'embrasser le métier de travailleuse du sexe, face à un pays ouvertement hostile et répressif. Alors que d'autres pays européens (la France en 2016) se mettent à adopter la législation suédoise de pénalisation des client(e)s de prostitué(e)s, le récit de ce déni total de justice à de quoi faire se dresser les cheveux sur la tête. A écouter autour du même sujet, cet épisode du podcast Transfert dans lequel une femme explique comment elle a trouvé un sens à son quotidien en devenant travailleuse du sexe, et dans lequel est évoqué la précarisation que la loi de pénalisation des clients a entraînée.    …
Vu – Nothing to hide – Mihaela Gladovic & Marc Meillassoux Vidéos

Vu – Nothing to hide – Mihaela Gladovic & Marc Meillassoux

Excellente plongée au cœur de la surveillance de masse, Nothing to hide alterne les interviews de spécialistes avec les exemples concrets de ce que peuvent faire ceux qui ont entre leurs mains des outils dignes des pires régimes totalitaires. D'une réalisation impeccable, ce documentaire nous explique avec calme et pragmatisme de quelle façon les puissants utilisent les données collectées par nos objets connectés. C'est concret, limpide, sans sensationnalisme, et parfaitement terrifiant. A voir pour prendre conscience de l'importance de protéger dès maintenant nos données privées, avant que de nouvelles façon de les exploiter voient le jour. A noter que le film a été financé grâce à une campagne de crowdfunding et est diffusé sous licence Creative Commons 4.0. L'équipe vient d'ailleurs de boucler une seconde campagne de dont pour réaliser la suite : Disappear.…
Vu – L’intervention de Fred Grivois Cinéma

Vu – L’intervention de Fred Grivois

Film inspiré de faits réels (la prise d'otage de Loyada, à Djibouti en 1976) mais prenant quelques libertés avec la réalité, L'intervention est un film d'action sous tension, dont la principale qualité est le jeu des acteurs, Alban Lenoir en tête.Qui s’intéresse un peu à l'histoire militaire ne manquera pas de faire quelques grimaces face à certaines erreurs et postures caricaturales, il faut réussir à mettre un peu de coté la réalité des faits, tenues et équipements (comme souvent dans ce genre de film de toute façon). Le ton parfois -très- léger peut également dérouter, mais a bien rempli son rôle de balancier envers une situation dramatique en ce qui me concerne.Reste les acteurs. Alban Lenoir, qui confirme tout le bien que je pense déjà de lui, de son jeu à ses choix de carrière. Olga Kurylenko, que j'ai redécouvert avec plaisir, et surtout Kevin Layne, particulièrement juste dans son rôle de preneur d'otage.Le film n'évite pas quelques écueils mais reste un très bel hommage aux victimes doublé d'un film d'action comme on aimerait en voir plus en France....…