Signal d’alerte – Neil Gaiman (Au Diable Vauvert)

Traduit de l’anglais par Patrick Marcel.

Vous le savez, je suis une grande admiratrice de Neil Gaiman. Je ne pouvais donc pas passer à côté de son dernier recueil de nouvelles.

Le travail de la maquette et de la couverture des éditions Au Diable Vauvert ne déroge pas de d’habitude : il est somptueux. C’est un très bel objet que ce Signal d’alerte.

Comme à son habitude, Neil Gaiman regroupe dans ce recueil des textes de tailles, d’ambiances et d’inspirations disparates, chacun introduit par la mise en contexte de sa création.

Il serait mensonger de crier au chef d’œuvre à chaque page, tant il est difficile de maintenir une qualité égale dans ce genre d’ouvrage, mais Signal d’alerte détient son lot de perles.

Neil Gaiman a l’art et la manière de revisiter les contes de fées, comme le prouve la grande qualité de la nouvelle La Dormeuse et le Rouet. Il ne manque pas non plus de rendre hommage à de grands auteurs comme Conan Doyle, ou Ray Bradbury (dans une nouvelle particulièrement touchante). Fantastique, fantasy urbaine, tantôt humoristique, tantôt grave ou mélancolique, cet ouvrage fait passer par nombre d’émotions diverses et variées.

Si vous connaissez déjà le travail de Gaiman, vous y retrouverez avec plaisir ses thèmes de prédilection, encore une fois magnifiés. Si vous ne le connaissez pas encore, je reste persuadée que ses recueils de nouvelles sont une très bonne entrée en matière.

Dans tous les cas, je vous invite donc avec enthousiasme à vous plonger dans ce Signal d’alerte. Si certains des derniers romans de Gaiman étaient plaisant mais anecdotiques, ce recueil est d’une poésie et d’une inventivité vivifiante!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.