Traduit par Guy Abadia.

Je retrouve Robert Silverberg avec grand plaisir après L’oreille interne, qui m’a déjà beaucoup marquée.

En nous narrant le road trip hypnotique de ces 4 héros cyniques, Silverberg signe un roman initiatique magistral.

Poétique, choquant, le récit donne tour à tour la parole à chacun des jeunes personnages, et plonge dans leur intellect encore en construction. Il s’évertue à mettre à nu leurs failles, leurs doutes, leurs secrets les plus enfouis.

Mettant en opposition 4 parcours totalement différents, le récit questionne le rapport aux pères, à la foi, à la postérité.

Cet étonnant voyage dans la psyché est servi par une plume affûtée, au style soutenu.

Quand à l’aspect fantastique, il n’est là que pour servir de but, mais cela importe peu. Comme souvent, ce n’est pas la destination qui importe mais le voyage.

Ce deuxième rendez-vous avec Robert Silverberg vient confirmer la très grande admiration que j’ai pour cet auteur.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.