Lectures

Tetris : Jouer le jeu – Box Brown (La Pastèque) BD

Tetris : Jouer le jeu – Box Brown (La Pastèque)

Traduit par Mathieu Leroux. Un format original pour une histoire passionnante. Qui n'a pas passé des heures et des heures à aligner les briquettes pour faire disparaître les lignes, les unes après les autres? Je dois l'avouer, Tetris m'a fait vivre ma première expérience addictive, et c'est un jeu qui fait partie de mon vécu vidéoludique. Quelle est donc l'histoire derrière l'écran? Celle d'un jeu créé par un informaticien russe et qui a réussi à conquérir le monde malgré le rideau de fer, au prix de nombreuses tractations commerciales. D'une précision clinique, cette BD nous explique tous les tenants et les aboutissants de cette rocambolesque épopée, au risque de perdre le lecteur au milieu de tous ces protagonistes, entre leurs ambitions et leurs rivalités. Tout ceci est en effet loin d'être simple, quel exploit donc, que d'avoir réussi à en tirer un récit si captivant! D'un point de vu graphique, le trait est minimaliste, ce qui ne me dérange pas en soi, mais j'aurais aimé un peu plus d'originalité. L'essentiel des cases représentant des réunions et des contrats, on tourne vite en rond. J'avoue cependant qu'en bonne férue de "la petite histoire derrière la grande", ce genre de récit me passionne et j'ai passé un très bon moment à découvrir celui de Tetris, que je ne connaissais pas du tout. Je m'intéresse d'ailleurs aux autres récits de Box Brown: la biographie du catcheur André Le Géant tout d'abord, qui me fait de l’œil depuis un moment, et celle du comédien Andy Kaufman, dont j'attends la traduction en français avec impatience!      
Allison – Laurent Queyssi (Les Moutons Électriques) Imaginaire

Allison – Laurent Queyssi (Les Moutons Électriques)

Ce court roman a vraiment été un petit bonheur à lire. Il est doux et poétique, et offre une belle image de l'adolescence. Comme dans le livre L'oreille interne de Robert Silverberg, (que j'ai d'ailleurs lu sur les conseils de Laurent Queyssi), la petite touche fantastique n'est qu'un subtile prétexte à une chronique de ce moment de la vie synonyme de grands changements et qu'il est si compliqué de gérer. Tout ceci est traité avec une grande tendresse, une plume légère dans laquelle pointe un nostalgie sous-jacente qui m'a touchée. L'hommage au Rock Alternatif qui a bercé ma propre adolescence ne pouvait qu'achever de me conquérir complètement, pour faire de Allison mon coup de cœur du moment.
La quiche fatale, une enquête d’Agatha Raisin – M.C. Beaton (Albin Michel) Lectures

La quiche fatale, une enquête d’Agatha Raisin – M.C. Beaton (Albin Michel)

Livre traduit par Esther Ménévis. Un livre sympathique et léger. Agatha Raisin est une héroïne assez hors norme à qui il arrive des péripéties drolatiques sur fond de campagne anglaise. L'ambiance est bucolique, les personnages truculents, et l'héroïne, bien que doté d'un fichu caractère, a gagné toute ma sympathie. On est entre l'hommage et la caricature des romans d'Agatha Christie Personnellement, Agatha Raisin m'a furieusement fait  penser au personnage d'Imogène McCarthery de Charles Exbrayat dont je me délectais adolescente! C'est une lecture typiquement britannique, qui fait sourire et passe le temps agréablement. Parfait pour les beaux jours!
La nuit de l’ogre – Patrick Bauwen (Albin Michel) Lectures

La nuit de l’ogre – Patrick Bauwen (Albin Michel)

J'ai reçu La nuit de l'ogre dans le cadre d'une opération masse critique sur Babelio. J'ai une certaine affection pour Patrick Bauwen depuis que j'ai lu son premier roman L'oeil de Caine, que j'ai trouvé magistral. J'ai lu plusieurs de ses autres ouvrages et d'ailleurs j'en ai déjà chroniqué un sur ce blog (Les fantômes d'Eden). J'avoue que je n'y ai jamais retrouvé la maestria de ses débuts. La nuit de l'ogre ne fait pas exception.  L'histoire met en scène le docteur Christian Kovak, et je n'ai malheureusement pas réussi à m'attacher à ce personnage. Peut-être est-ce parce que je n'ai pas lu le précédent roman, Le jour du chien, dont il était le héros également, mais je l'ai trouvé trop sombre, trop imprévisible, voir incohérent. Le récit est, selon moi, trop long à se mettre en place, et l'action ne décolle que dans les 100 dernières pages. Difficile d'accrocher aux longues errances des personnages, qui semblent tous dénoués de sentiments. Il en ressort une atmosphère assez clinique, trop factuelle.  Reste l'intrigue policière, qui arrive tout de même à tenir en haleine (on a envie de savoir le fin mot de l'histoire!), et que j'ai trouvé très bien imaginée, glaçante et fascinante, et le style de Bauwen, qui va à l'essentiel, et sait parfaitement captiver son lecteur. Comme toujours le roman est richement documenté, sur un sujet particulièrement original. Et sur tous les aspects médicaux, Bauwen prouve une fois de plus qu'il sait de quoi il parle! Rendez-vous manqué pour moi, mais cela ne me détourne pas de cet auteur, la prochaine fois sera la bonne!
Dino hunter – Olivier Saraja (Walrus) Imaginaire

Dino hunter – Olivier Saraja (Walrus)

Pourquoi choisir entre aliens et dinosaures? mélangeons les deux! Encore un délire plutôt bien ficelé signé Olivier Saraja, dont j'ai déjà bien apprécié le fameux Zombie Kebab. Dans la grande tradition pulp, cette lecture nous plonge rapidement dans l'action, avec un peu de nawak, et beaucoup de fun ! Alors, bien sûr, c'est le genre d'histoire qui demande de garder l'esprit ouvert, et de mettre sa rationalité de côté. Ne vous inquiétez pas, le rythme effréné du bouquin ne vous laissera pas le temps de penser à la suspension de l'incrédulité, l'action ne s'arrêtant qu'une fois la dernière page tournée. Et comme toujours, on gratte un peu la surface, et on se rend compte que le récit marche aussi parce que les personnages sont peu nombreux mais tous intéressants, que l'auteur a réussi, dans un récit très court, à leur donner une profondeur, une histoire, sans que cela ne plombe le reste, et que les rapports humains sont subtilement dépeints. Et entre deux bouchées de pop-corn, on se surprend à avoir un petit sourire en coin ou à applaudir intérieurement. Dino Hunter reste une lecture récréative, et on s'amuse beaucoup. Elle a en plus ce petit "truc" qui donne un sel supplémentaire à ce type de récit.
Le lecteur de cadavres – Antonio Garrido (Le livre de poche) Lectures

Le lecteur de cadavres – Antonio Garrido (Le livre de poche)

Traduit par Nelly et Alex Lhermillier.   J'ai été complètement emportée par cette immense fresque historique rendant hommage à la vie de Ci Song, considéré comme le premier médecin légiste de l'histoire. L'histoire, justement, prend place dans la Chine impériale du XIIIème siècle. Le travail de recherche de l'auteur est impressionnant. En effet, il ne nous propose pas seulement une histoire passionnante, mais également un véritable guide de cette époque: linguistique, coutumes, explications des mesures de temps et d'espace... tout pour nous plonger en plein cœur du récit. Le livre faisant plus de 700 pages, c'est un véritable roman fleuve, qui retrace tout le début de la vie de Ci Song, et celui-ci ne sera pas épargné par les épreuves! Particulièrement addictive, l'histoire ne souffre d'aucune longueur, et réserve son lot de retournements de situation. Passionnant, envoûtant, ce livre est une véritable réussite, et ravira les amateurs de romans historiques.
La folle histoire du système solaire – Florence Porcel (Dunod) Lectures

La folle histoire du système solaire – Florence Porcel (Dunod)

Le dernier livre de Florence Porcel est tout à son image: pétillant, intelligent et drôle. On retrouve vraiment son ton dans ce livre de vulgarisation très abordable pour qui s'intéresse à l'univers. Même si , comme pour L'espace sans gravité, les traits d'humour m'ont semblé parfois forcés et m'ont un peu sortie de ma lecture, je me suis passionnée pour cette découverte approfondie du système solaire. Le livre réussi en effet le pari de retracer en 8 chapitres et 170 pages l'essentiel des connaissances (actuelles) sur notre petit coin d'univers tout en les rendant abordables.  Florence Porcel est une très bonne vulgarisatrice, limpide, et qui sait également transmettre sa passion et son enthousiasme. Ce fut une lecture très agréable. J'ai de plus eu un vrai coup de cœur pour toutes les références conseillées disséminées au gré de la lecture. Cela dynamise la maquette du livre et cela m'a permis de découvrir nombre de belles images et vidéos. Florence Porcel mérite vraiment son surnom de "Youtubeuse de l'espace".
Zoulag – Stéphane Desienne (Walrus) Imaginaire

Zoulag – Stéphane Desienne (Walrus)

La frénésie de zombies qui m'a pris il y a quelques semaines m'a fait lire, après les 2 saisons de Toxic, les 2 novellas de l'univers Zoulag, de Stéphane Desienne: Le syndrome finlandais et La filière sibérienne.  Il s'agit de deux courts récits qui prennent place dans un monde où l'humanité a survécu à l'apocalypse zombie, et où elle a décidé de parquer les spécimens restants dans des camps de concentration, parce que l'humanité a souvent ce genre de "bonnes" idées. Dans la première histoire, une star de la téléréalité type "Man vs Wild" décide d'offrir à ses fans un épisode en direct d'un zoulag, et d'y inviter une scientifique spécialiste des zombies : Mona Nuss (Hu hu!!!). Bien sûr tout ne va pas se passer comme prévu... Dans la seconde, un vieux baroudeur et sa jeune associée, qui font du trafic avec les zombies, s'engage dans un road trip plein de rebondissements.   Deux récits pleins d'adrénaline, deux aventures dans lesquelles les faux semblants ont la part belle. Car les histoires de zombies, c'est fun, mais si cela permet en plus une certaine critique sociétale, c'st encore mieux! Et ça Stéphane Desienne sait très bien le faire. Les livres sont courts, certes (100 pages chacun environ), et ne permettent donc par un très grand développement du background, mais les personnages sont suffisamment bien troussés pour qu'on s'y attache rapidement. Les enjeux sont clairs et parfaitement exposés, les épisodes bien rythmés, avec des chutes surprenantes! Bref, j'attends le troisième épisode avec impatience!  
Deux albums jeunesse de Franck Demollière Jeunesse

Deux albums jeunesse de Franck Demollière

Bonjour à tous! Ceux qui me suivent sur Instagram le savent déjà, il y a quelques temps, au hasard d'une visite impromptue dans un Cultura avec mes 2 enfants, nous avons eu le plaisir de faire la connaissance de l'auteur et illustrateur jeunesse Franck Demollière qui y était en dédicace. Tous les 3 séduits par sa démarche et son univers, nous sommes repartis avec 2 albums dédicacés: Le petit mouton qui allait à l'école des loups Si on laisse la peur guider ses pensées, on peine à voir les choses telles qu'elles sont vraiment... Un album qui aborde le thème de la confiance en soi et de la peur des autres, et dont l'histoire prend place dans une situation que tous les enfants vivent: l'arrivée dans une nouvelle école. Cette histoire a tout de suite parlé à mes deux enfants qui s'y sont bien retrouvés et qui ont immédiatement adhéré aux conseils du petit mouton délivrés en fin d'ouvrage. Nous nous y sommes référé plus d'une fois depuis la première lecture, car ils sont applicables dans bien d'autres situations. L'échec du Capitaine Fennec Même les grands, les forts, ceux que l'on pense infaillibles peuvent échouer, et ce n'est pas un drame mais juste une étape! Cet album aborde la peur de l'échec, celle qui peut paralyser les enfants les plus capables, en mettant en scène un personnage auquel tous les enfants peuvent s'identifier: un super héros. Le capitaine Fennec trébuchera dans cette histoire, mais finira pas en sortir grandi et c'est là tout l'enjeu de ce magnifique ouvrage! Ces deux albums, entièrement écrits, illustrés et édités par Franck Demollière sont vraiment formidables. Ce qui saute aux yeux, c'est l'univers graphique de toute beauté de cet auteur. Je ne résiste pas à vous montrer quelques images de l'intérieur des livres: Mais le mieux est encore d'aller découvrir le travail de Franck Demollière sur son site: https://www.franckystudio.com Vous pourrez en plus y commander ses ouvrages (et même demander une dédicace!). En tout cas, ce sont 2 gros coup de coeur pour les enfants! Les histoires font mouche et ont permis d'ouvrir des discussions super intéressantes. Les livres ont été lus et relus, et le petit mouton a été redessiné! Carton plein aussi auprès de la maman! Si les affiches de Franck Demollière m'avaient déjà attiré l'oeil en boutique, j'ai vraiment été subjuguée par son travail. C'est tout simplement magnifique. En couplant ces si jolies illustrations avec un texte aussi percutant, l'auteur a emporté mon adhésion pleine et entière. Je recommande vraiment ces albums à tous les parents. Les textes sont un peu longs pour les plus petits mais les illustrations sont parlantes. Et même à presque 10 ans, mon aîné adore lire et relire ces livres. Je les recommande aussi aux bibliothécaires, tant les thèmes abordés peuvent intéresser chaque enfant. Je vous encourage donc tous à découvrir le travail de Franck Demollière, qui, en plus, et ce n'est pas négligeable, est extrêmement sympathique et parle de son travail avec tellement d'enthousiasme qu'on a tout de suite envie de l'aimer! N'hésitez pas, outre son site à le suivre sur: Instagram (où il poste régulièrement des petites animations) et sa page Facebook
Les sempiternels – Aude Réco (Walrus) Imaginaire

Les sempiternels – Aude Réco (Walrus)

La dernière novella sortie des éditions Walrus est signée Aude Reco, une auteure que je suis depuis longtemps sur les réseaux sociaux, et explore le courant steampunk, un univers dont je ne suis pas très familière, mais qui me plaît cependant. Les sempiternels est un texte court et percutant, dont le rythme est très bien maîtrisé. C'est clairement un récit d'action, les scènes de combat s'enchaînent sans guère laisser le temps au lecteur de souffler.  Cependant, l'univers autour du récit semble un peu trop écrasant pour un texte qui ne fait qu'en effleurer les grands enjeux. Il en découle un certain sentiment de confusion à la lecture, et un peu de frustration. Je n'ai pas de peine à m'imaginer une saga entière autour des Sempiternels.  Restent de très beaux personnages féminins, intrigants et envoûtants, aux services d'une intrigue survitaminée.